Naviguer / Chercher

Remplacement de quatre incisives maxillaires #5

  1. Remplacement des quatre incisives maxillaires #1: nombre et emplacements ?
  2. Remplacement des quatre incisives maxillaires #2
  3. Remplacement de quatre incisives maxillaires #3
  4. Remplacement de quatre incisives maxillaires #4
  5. Remplacement de quatre incisives maxillaires #5

IDW : Rempl 4 incisives # 3 - copie.012
IDW : Rempl 4 incisives # 3.013

Afin d’optimiser l’épaisseur de la muqueuse, une greffe de tissu conjonctif est réalisée avant d’envisager le désenfouissement des implants. Un lambeau d’épaisseur partielle est réalisé pour ne pas exposer l’os sous-jacent. Deux greffons sont prélevés au palais, fixés et recouvert par le lambeau.

IDW : Rempl 4 incisives # 3.014

En fin d’intervention, on peut déjà objectiver une augmentation de volume des tissus mous.

IDW : Rempl 4 incisives # 3.015

La prothèse amovible temporaire ne présente pas de fausse gencive rose, mais des dents dont la base est aménagée pour être légèrement compressive afin de commencer à préformer la muqueuse.

IDW : Rempl 4 incisives # 3.016
IDW : Rempl 4 incisives # 3.017

Après deux mois de cicatrisation, on peut visualiser la parfaite cicatrisation des tissus mous et le travail de la prothèse transitoire sur le festonnage.

IDW : Rempl 4 incisives # 3.018

Après 3 mois de cicatrisation, les implants sont exposés en réalisant des pédicules conjonctifs roulés en vestibulaire. Ils permettent de mettre en évidence de l’os qui recouvre les vis de cicatrisation des implants, ce qui attestent de la bonne cicatrisation osseuse.

IDW : Rempl 4 incisives # 3.019

Une empreinte est réalisée pour confectionner des dents temporaires. Au laboratoire un soin particulier est apporté au dessin des profils d’émergence tissulaire. Notez la forme des dents temporaires avec les deux incisives latérales en pontique de bridge.

IDW : Rempl 4 incisives # 3.020

Les dents temporaires sont transfixées. Après 3 mois, la dépose des prothèses provisoires permet d’objectiver le dessin de la muqueuse. En particulier, des petites papilles sont présentes, et les tissus sont épais.

IDW : Rempl 4 incisives # 3.021

Notez le travail des pontiques ovoïdes au niveau des incisives latérales.

IDW : Rempl 4 incisives # 3.022
IDW : Rempl 4 incisives # 3.023

Une empreinte est réalisée à l’aide de transferts d’empreinte modifiés pour la fabrication de la prothèse définitive. Une armature zircone avec les incisives latérales en extension est confectionnée.

IDW : Rempl 4 incisives # 3.024

La forme du bridge respecte l’anatomie gingivale optimisée par la chirurgie et dessinée par les dents temporaires. Notez le profil concave au niveau des incisives centrales et les pontiques ovoïdes des deux latérales.

IDW : Rempl 4 incisives # 3.025

Le bridge définitif est inséré. Notez les formes de contour de la prothèse en similitude avec le dessin de la muqueuse.

IDW : Rempl 4 incisives # 3.026

Le bridge définitif s’intègre parfaitement dans l’environnement muqueux. Les papilles sont présentes malgré le défaut vertical initial conséquent à droite.

IDW : Rempl 4 incisives # 3.027

Après deux ans notez la bonne stabilité des tissus mous.

  • La greffe de tissu conjonctif intermédiaire, vous a t-elle semblé indispensable au préalable du désenfouissement des implants ?
  • Aurions-nous pu supprimer l’étape du bridge provisoire fixe et intégrer directement la prothèse définitive ?
  • Mécaniquement, la prothèse zircone vous semble t-elle présenter une solidité suffisante? Faites-nous part de votre expérience ?

Commentaires

jpg2

Bonjour Thierry,

La greffe de tissu conjonctif intermédiaire, vous a t-elle semblé indispensable au préalable du désenfouissement des implants ?
Aurions-nous pu supprimer l’étape du bridge provisoire fixe et intégrer directement la prothèse définitive ?

Toujours aussi humble, magnifique travail, tu poses des questions mais je pense que pour les 2 premières tu as évidemment raison et c’est plutôt un protocole à suivre…

Mécaniquement, la prothèse zircone vous semble t-elle présenter une solidité suffisante? Faites-nous part de votre expérience ?

Pour le Zircone, ayant observé des fractures de pilier (Du Nobel Procera, mais je ne pense pas que Biomet soit plus solide?) je ne l’utilise plus qu’en unitaire.
Dans ce cas, s’il y avait une fracture, tu aurais toujours les provisoires pour dépanner facilement..

cdir

Bonjour,

Belle réalisation.
Je pense que la patiente est très satisfaite.
Mais se plaint elle de maux de tête??
N’ayant pas de compétences en implanto, mais plutôt avec une approche ostéopathique, j’aurais imaginé une séparation entre
secteur 1 & 2.
Merci

Thierry DEGORCE

Chers amis merci pour vos commentaires sur ce post qui clôture la série. Je pense que la greffe de TC était indispensable pour obtenir des tissus bien kératinisé et une épaisseur suffisante pour developper des profils d’émergence. En ce qui concerne la prothèse zircone, j’utilise toujours cette céramique pour toutes mes restaurations implantaires, qu’elles soient unitaires, partielles ou complètes. Je ne scelle presque jamais et toutes mes prothèses sont montées sur des Ti bases usinées. Je n’ai pas de problèmes de fracture avec ce type de restauration.
En ce qui concerne la solidarisation 11-21 par la prothèse qu’elle soit dentaire ou implantaire, c’est un vieux débat sur le blocage potentiel de la suture osseuse médiane du maxillaire. En l’occurence sur ce cas clinique, le choix ayant été fait de placer les incisives latérales en poétique de bridge, il était nécessaire de jumeler 11 et 21. Peut-être que si le bridge avait été plus étendu dans les secteurs latéraux, nous aurions fait un choix de conception différent.

Thierry DEGORCE

Chers amis merci pour vos commentaires sur ce post qui clôture la série. Je pense que la greffe de TC était indispensable pour obtenir des tissus bien kératinisé et une épaisseur suffisante pour developper des profils d’émergence. En ce qui concerne la prothèse zircone, j’utilise toujours cette céramique pour toutes mes restaurations implantaires, qu’elles soient unitaires, partielles ou complètes. Je ne scelle presque jamais et toutes mes prothèses sont montées sur des Ti bases usinées. Je n’ai pas de problèmes de fracture avec ce type de restauration.
En ce qui concerne la solidarisation 11-21 par la prothèse qu’elle soit dentaire ou implantaire, c’est un vieux débat sur le blocage potentiel de la suture osseuse médiane du maxillaire. En l’occurence sur ce cas clinique, le choix ayant été fait de placer les incisives latérales en poétique de bridge, il était nécessaire de jumeler 11 et 21. Peut-être que si le bridge avait été plus étendu dans les secteurs latéraux, nous aurions fait un choix de conception différent.

eugenium

bonjour
c’est juste magnifique…
sur la 3eme photo, le conjonctif reste donc exposé?
sur la 4eme, c’est à combien post op?
à propos des pedicules conjonctifs en vestibulaires, l’epithelium est retiré?
quelle est la resine sur les transferts?
merci

Thierry DEGORCE

Cher ami, merci pour votre commentaire.
En aucun cas la greffe de tissu conjonctif ne doit restée exposée. Sur la 3eme photo, on voit la greffe fixée avant d’être totalement recouverte par le lambeau (4eme photo). Les fils de suture sont retirés à 10 jours, et il convient de laisser cicatriser minimum 2 mois.
Après cette période des rouleaux conjonctifs sont repliés en vestibulaire. Ces pédicules sont desépithélialisés avant d’être repliés. Sur les transferts d’empreinte, on peut observé du composite. Ces transferts ont été modifiés pour reproduire la forme du bridge provisoire et transférer précisément les informations du profil d’émergence au laboratoire de prothèse.

Thierry DEGORCE

Cher ami, merci pour votre commentaire.
En aucun cas la greffe de tissu conjonctif ne doit restée exposée. Sur la 3eme photo, on voit la greffe fixée avant d’être totalement recouverte par le lambeau (4eme photo). Les fils de suture sont retirés à 10 jours, et il convient de laisser cicatriser minimum 2 mois.
Après cette période des rouleaux conjonctifs sont repliés en vestibulaire. Ces pédicules sont desépithélialisés avant d’être repliés. Sur les transferts d’empreinte, on peut observé du composite. Ces transferts ont été modifiés pour reproduire la forme du bridge provisoire et transférer précisément les informations du profil d’émergence au laboratoire de prothèse.

vald

Très beau cas !! Belle gestion des tissus mous, même si je trouve ça un peu lourd au niveau du nombre d’interventions, mais le résultat est top! les papilles sont la !

Thierry DEGORCE

Cher ami, merci pour le commentaire. C’est vrai que la gestion du secteur antérieur peut demander des plans de traitement long nécessitant plusieurs interventions.Toutefois je ne vois pas comment réduire le nombre de chirurgie pour obtenir un résultat équivalent.
Au final, il n’y a que le résultat qui compte et le patient oublie vite si il est content. N’oublions pas que les implants sont placés pour du très long terme et qu’il faut stabiliser le résultat. Il ne faudrait pas regretter un manque de volume osseux ou de gencive kératinisée lorsque la récession péri-implantaire sera installée…………..

Laisser un commentaire