Naviguer / Chercher

Implantation immédiate ou différée : quelle technique choisir ? Cas clinique #2 : incisive latérale

Implantation immédiate ou différée : quelle technique choisir ? Cas clinique #2 : incisive latérale

Commentaires

sadaikha

bonjour
j’aurai aimé voir plus de details sur les coupes coronales du scan, avant la chirurgie pour justifier votre choix de 13 mm de longueure et le peu d’os qu’il vous restez et l’etat parodontal de la dent, qui etait trop infectée, ou vous avez precisement choisi le point d’impact du 1er foret !! encore des coupes en retro alveolaire pour comprendre comment vous avez enfoui le bimateriau dans ce petit espace car ce n’etait pas evident a faire , toujour le suivi avec des radios en post operat en 6 mois
j ai aimé votre cas mais j’aurai aimé qu’il soit plus complet sur le plan video, il parait trop simple or qu’il est tres riche en informations clinique, chirurgicale, en technique, et le developement de son suivi, vous l’avez dit au tout debut , c’est un cas complexe, pour moi c’est un cas riche en enseignements et apprentissage dans tout ses details ; merci beaucoup

clocher

bonsoir
pour tenter de répondre à votre question sur les critères d’évaluation de la stabilité primaire permettant une mise en charge immédiate
il me semble que le torque d’insertion est un bon élément d’appréciation
bien sûr dans le cas présenté tout est défavorable: os maxillaire peu dense, site infecté, situation occlusale défavorable mais vous « renverser » la situation en compactant de l’os et en prenant appui sur la corticale palatine et peut-être allez vous chercher l’os basal bien au delà de la dent extraite
toutefois vous utilisez un implant de forme droite alors qu’il me semble préférable d’utiliser une forme conique voire conique auto-taraudant
(cf Davarpanah & all.)
qu’en pensez vous ?

Thierry DEGORCE

Chers amis, merci pour vos commentaires. Je suis content que la vidéo vous apporte des informations cliniques. Il est malheureusement difficile d’être plus long et exhaustif dans le format blog qu’impose le site pour l’instant.
Pour répondre aux premières questions, le choix de la longueur de l’implant est effectué à partir des coupes scanner. Il est important de choisir l’implant le plus long possible pour exploiter au mieux l’os basal et obtenir une bonne stabilité primaire.
Il n’est pas si difficile de fouler un matériau de comblement dans l’alvéole et de bien tapisser les corticales alvéolaires encore présente dans ce cas cliniques (cf coupe scanner initiale). L’astuce est de le faire après le forage et avant de placer l’implant. Le protocole utilisé est souvent le même pour tous nos cas immédiats. Il s’articule autour de 3 points clés :
Position de l’implant
Comblement alvéolaire
Inversion du biotype à l’aide d’une greffe gingivale

sadaikha

votre cas etait aussi un cas d’extraction avec le systeme benex
je vous ai envoyé des liens pour le visualiser aussi

Thierry DEGORCE

Concernant le problème de stabilité primaire de l’implant évoqué sur ce post, le torque d’insertion est effectivement très important. J’essaye d’être entre 40 et 50 N pour connecter immédiatement une prothèse.
Pour gagner en stabilité primaire et donc en torque d’insertion, on peut jouer sur plusieurs facteurs :
La longueur de l’implant qui doit être la plus longue possible
Le diamètre de l’implant
La séquence de forage, qui est souvent modifiée avec un foret terminal souvent sous dimensionné / diamètre de l’implant. On peut aussi jouer sur la longueur du forage en passant le dernier foret de la séquence sur seulement la moitié de la hauteur du site.
Un autre facteur proposé avec justesse par le commentaire précédent est celui de la forme des implants. Il est vrai que la littérature a mis en avant une meilleure stabilité primaire des implants coniques / implants droits. Je préfère utiliser les implants droits car on peut mieux régler la position verticale du col en jouant sur le dessin auto-tarraudant de l’implant. Avec le conique, si on veut enfoncer un peu plus l’implant, il faut le ressortir, repasser des forets et replacer l’implant. La manoeuvre se solde souvent par une perte de stabilité primaire qui peut être dramatique en implantation immédiate.

sadaikha

je ne vois pas encore cette difference entre l’implant droit et l’implant conique comme vous venez de l’expliquer, quand vous faite a l’inverse des litteratures, je voudrai comprendre votre approche car je n ai pas trop bien saisi l’astuce que vous chercher ou que vous eviter !!, essaye de reexpliquer les etapes pour que je puisse etre sur la meme idée merci

pluton

la longueur de l’implant doit être au minimum de 3mm plus long que l’alvéole donc oui, l’implant le plus long possible

le diamètre de l’implant n’a aucune influence sur la stabilité primaire…poser un implant plus gros revient ni plus ni moins à faire un sous forage du site

le réglage du positionnement de l’implant est bien plus simple avec un implant conique autotaraudant, il n’y a pas besoin de retirer l’implant pour l’insérer plus haut pour peut que l’on ait pris soins de réaliser un forage pilote sur toute la hauteur disponible
de ce fait, l’implant conique va condenser l’os à l’insertion permettant d’améliorer très sensiblement la stabilité primaire, chose quasi impossible avec un implant cylindrique
seule chose impossible: dévisser si on trouve que l’implant est trop apical, là il est bien évident que l’on perd toute stabilité et la seule solution est de retirer l’implant et d’en poser un de diamètre supérieur

voilà de quoi faire réfléchir, car je trouve dommage sur ce blog que l’avis soit aussi tranché (et de plus erroné) sur les implants cylindriques vs coniques…surtout en EII voir MCI…
regardez attentivement quelles formes d’implants ont été retenues par les sociétés d’implants qui ont développés des produits spécifiques ou adaptés à ces protocoles: coniques, autotaraudants, filetage condensant avec larges spires.
c’est le cas du Naturactis Euroteknika, de l’Axiom PX Anthogyr ou encore de l’Interactive Implant Direct ici en pleine action par exemple

https://www.youtube.com/watch?v=yF7_uwiZUWs

confraternellement

sadaikha

les voies de l’implantologue sont impenetrables, ou peut etre a chacun sa verité, qui sait ???

Thierry DEGORCE

Mon cher Pluton,
A la lecture des commentaires de ce post, il semble que ce soit vous qui manquiez cruellement de nuance dans votre façon de vous exprimer. Votre avis est tout à fait recevable et on peut en discuter, mais il est formulé avec beaucoup trop d’agressivité, sans aucune humilité et c’est intolérable.
Pour revenir sur le débat initié sur l’implant conique et droit, j’ai simplement justifié mon choix d’implant droit sans pour autant occulter les avantages des implants coniques. De nombreux confrères, dont moi-même utilisent depuis longtemps, avec succès et dans un grand nombre de situation les implants droits pour l’extraction implantation immédiate et la mise en charge immédiate. L’utilisation d’implants coniques dans ces situations est loin d’être une évidence scientifique admise par tous, et aucun cas elle ne doit être une évidence commerciale comme vous l’écrivez. Il appartient à chacun d’utiliser le système et la forme d’implants qu’il maitrise le mieux du moment que l’on obtienne le résultat.

skydoll

Bonjour,
Avant toute chose je voulais vous remercier de nous faire partager votre expérience par l’intermédiaire de ces vidéos très instructives. Confrontée à mon premier cas clinique similaire (sur 21) je me posais également la question de la temporisation par prothèse fixée ou amovible, préserver les papilles est-il plus facile en fixe si le torque le permet ? La prise d’empreinte pour la couronne provisoire m’inquiète et je voulais savoir dans le cas de la prothèse fixée quel type de matériau à empreinte utilisez-vous afin de préserver les sutures et d’éviter la compression tout en évitant une fusée de matériau autour de l’implant? Mettez-vous une feuille de digue sous le transfert ? Combien de temps au plus tard doit avoir lieu la pose de la couronne provisoire après l’intervention (afin de prévoir le délai prothésiste). Beaucoup d’interrogations de ma part je sais, en vous remerciant par avance.

pluton

mon cher confrère,
force est de constater que vous n’aimez pas et ne supportez pas d’être corrigé
je ne faisais pourtant que rectifier certains de vos dires qui peuvent induire en erreur nos confrères moins expérimentés et ce, sans la moindre agressivité voulue

il est bien évident que l’usage d’un implant, qu’il soit cylindrique ou conique est bien plus opérateur dépendant qu’autre chose et qu’il convient d’utiliser ce avec quoi on est à l’aise

par contre, légitimer votre choix en accusant les implants coniques de défauts qu’ils n’ont pas, çà je ne peux pas le laisser passer, d’où ma réaction, qui est celle d’un passionné d’implantologie, à votre commentaire, peut être exprimée d’une manière un peu sèche, je vous l’accorde, et vous prie de bien vouloir m’en excuser

je serai ravi de débattre avec vous sur ce sujet, il y a beaucoup à dire sur la forme, le design, la conception des implants que nous utilisons.
n’oublions pas que leurs caractéristiques tant macroscopiques que microscopiques auront une répercussion indéniable sur leur comportement mécanique et biologique.
ma remarque sur la production commerciale est loin d’être stupide d’autant que les recherches collent aux défis biologiques que nous essayons de surmonter a des fins esthétiques. ce n’est donc ni un hasard ni une idée farfelue si les derniers implants commercialisés sur le marché pour répondre aux exigences des EII et MCI reprennent les mêmes caractéristiques techniques…à savoir, implant conique, autotaraudant, spires agressives et condensantes et que la littérature, comme vous le dites plus haut, met en avant pour une meilleure stabilité primaire, indispensable pour la réussite du protocole

confraternellement

benh

Bonjour Dr Degorce, merci de nous faire partager ce cas si bien traité, mes questions portent plus sur le matériel que vous utilisez, la fraise pour séparer la racine me paraît être particulière, le bio oss est il du L et 0,5g ont ils suffi pour ce comblement ? vous le mélangez avec de l’os récupéré après le forage associé à du sérum physiologique ?
la solution pour rincer l’alveole est elle du sérum phy aussi ? Est ce un decoleur classique qui est utilisé pour présenter le bio oss à l’entrée de l’alveole ? Merci pour vos réponses

Modérateur iDWeblogs

Un blog n’est pas à proprement parler un forum. Bien entendu il est heureux que différentes personnes interviennent et donnent leur avis. Il faut les remercier. Mais l’ambition d’un blog de formation continue est plus élevée et, au delà des commentaires « journalistiques » de certains, ce qui est recherché c’est de discuter de problèmes sur la base d’expériences objectivables (montrer ses photos, ses radios, ses cas) ou de bibliographies validées (mettre des liens).
Vous l’avez compris puisque certains ont la bonne idée de présenter des excuses pour des commentaires un peu vifs.
Il faut toujours penser que les interlocuteurs sont de bonne foi et s’adresser à eux comme s’ils étaient en face de vous: pour profiter les uns des autres il faut se respecter…et faire d’opinions différentes des sujets de discussions positives.
Quand l’auteur apporte son expérience dans un post illustré d’un film de grande qualité, c’est une véritable chance de progresser.
Pour apaiser les discours, imaginez que votre intervention ait pour but d’expliquer à un étudiant ou un jeune confrère pourquoi il est préférable d’utiliser un implant cylindrique ou un implant conique: quels arguments lui apporteriez vous sur la base des documents accessibles et de la variété de situations cliniques?
Il y a beaucoup de choses à dire si on veut bien échanger avec un esprit constructif. Merci à tous ceux qui le font sur ces blogs.

pluton

merci modérateur pour ces précisions

maintenant, si l’ambition de ce blog est d’avoir un niveau plus élevé que sur un « simple » forum que faut-il faire lorsque l’un des participant s’aperçoit d’une erreur dans l’argumentation de l’auteur? ne rien dire, ne rien faire pour éviter de le froisser? ou donner son avis afin que les autres puissent bénéficier de tous les éclaircissements possibles toutes les informations et élever le débat au plus haut niveau?

désolé de polluer un peu ce sujet avec ces remarques, je vous laisserai le libre choix d’effacer ce commentaire si nécessaire

Thierry DEGORCE

Mon cher Pluton, votre intervention est décidément très remarqué sur ce blog. Essayons de rendre le débat moins agressif et discutons avec intelligence et modération.
Votre intervention est la bienvenue dans la mesure ou elle ouvre un débat constructif. Je suis certainement tout aussi passionné d’implantologie que vous. Votre opinion sur l’utilisation d’implant conique dans les techniques d’EII ont du sens, mais elle ne peut être considéré comme une évidence thérapeutique. Soyez plus nuancé dans votre argumentation. Vous ne pouvez pas utilisez des termes comme « erreur dans l’argumentation » ou bien « nécessité d’être corrigé » en étant sûr d’avoir raison, car ni vous ni moi ne détenons la vérité. De très nombreux confrères, conférenciers internationaux, présentent des cas cliniques d’EII et de mise en charge immédiate magnifiques avec des implants droits. Regardez les cas de l’allemand M Hurzeler ou du Suisse U Grunder.
Dans je l’ai écrit dans mon premier commentaire, les implants coniques sont reconnus pour avoir une excellente stabilité primaire, mais d’autres critères peuvent être pris en compte pour choisir son implant, à commencer par sa propre expérience d’un système. J’ai posé de nombreux implants coniques NTBiomet3i® et je n’ai pas observé entre mes mains de résultats meilleurs qu’avec les implants droits. Pour des raisons de précision de positionnement, de protocole de forage, je préfère placer des implants droits. Mon expérience et les protocoles que j’utilise me donne des résultats satisfaisants comme vous pourrez le constatez à la lectures des différents posts mis en ligne sur ce blog. Par ailleurs, je respecte les confrères qui utilisent des implants coniques et je n’ai jamais écris qu’il ne fallait pas les utiliser. Je suis sûr que vous avez aussi d’excellents résultats avec votre système d’implant et votre expérience. Je respecte votre opinion, respectez la mienne et n’oublions pas qu’au finale de toutes thérapeutiques, il n’y a que le résultat qui compte.

pluton

tout à fait d’accord, je ne souhaite que participer et mettre à contribution mes connaissances, échanger des astuces et tours de mains

concernant votre ressenti avec les implants coniques NT, cela ne m’étonne pas car ses caractéristiques, son design externe n’en fait pas un implant idéal pour çà. attention donc à ne pas généraliser à tous les implants coniques si c’est la seule expérience que vous ayez eu avec des implants de ce type
si vous vous demandez comment je sais çà, comment j’arrive à analyser le comportement d’un implant sans même l’avoir posé? disons que je suis non seulement un passionné d’implantologie mais aussi de mécanique,
j’ai à ma disposition que cela soit sous forme papier à mon cabinet ou pdf sur mon ordinateur la quasi totalité des catalogues, protocoles chirurgicaux et caractéristiques techniques de tous les implants commercialisés en France et une bonne partie au niveau mondial et il ne se passe quasiment aucune semaine sans que je vienne en aide à un confrère, sur un autre forum, pour identifier des implants

petite parenthèse fermée et revenons au sujet car il y a eu d’autres questions qui attendent des réponses de votre part sur le matériel utilisé, la récupération ou non de l’os de forage, l’irrigation de l’alvéole ainsi qu’un confrère ou une consoeur en perdition concernant les options de temporisations
je vous laisse y répondre, j’en apprendrai certainement, mais permettez moi, s’il vous plaît, d’y participer (surtout pour la temporisation), peut être que certaines de mes astuces vous seront aussi utiles, les échanges, lorsqu’ils sont constructifs sont formateurs pour tous et je pense que c’est le but de ce blog

cordialement

benh

Bonjour Dr Degorce, mes interrogations restent sans réponse, pourriez vous m’aider

Bien cordialement

Thierry DEGORCE

Cher confrère benh,
Je suis désolé, je n’ai pas pu répondre plutôt à vos nombreuse questions techniques.
Il est important d’extraire délicatement en essayant de préserver au mieux l’alvéole.La racine est donc séparée à l’aide d’une fraise tungstène assez longue et fine de chez Komet. Je n’ai plus la référence en tête mais je vais vous la communiquer rapidement.
Après extraction et curetage, l’alvéole est rincée avec du sérum physiologique.
Le matériau de comblement utilisé est de granulométrie fine pour être plus facilement glissé dans le gap soit l’espace laissé entre l’implant et la corticale vestibulaire. Il peut être mélangé à de l’os autogène de forage si on peut en récupérer mais ce n’est pas obligatoire. Dans le cas clinique présenté ici, nous avons utilisé un mélange Bio-Oss® avec de l’os allogénique (Biobank®).
Le matériau est présenté devant l’alvéole sur un petit décolleur pour être foulé facilement dans l’alvéole.
Beaucoup de choses sont importantes avec cette technique d’EII, mais pour assurer un résultat stable dans le temps, 3 éléments sont essentiels à ce stade :
– la position de l’implant
– le comblement du gap
– l’inversion du biotype par une greffe de tissu conjonctif libre

J’espère que ces précisions vous auront éclairées.
Amicalement

js

Bonjour,
pour ce qui est de l’évaluation de la stabilité primaire, la mesure du torque d’insertion me paraît être une technique simple et objective.
Que pensez-vous du periotest & de l’OSSTELL ISQ ? Ces instruments de mesures ont-ils leur place dans le plateau technique du praticien ? Ou bien leur utilité se résume uniquement à des fins de recherches scientifiques ?
Cordialement

ploufinthewater

Du coup dans votre pratique, voyez vous une ou plusieurs indication pour des implants coniques?

Thierry DEGORCE

Cher confrère bonjour,
Il est vrai que je n’utilise pas dans ma pratique d’implants coniques, bien qu’ils apportent en théorie une meilleure stabilité primaire que les droits. J’ai utilisé il y a quelques années la gamme NT conique du système Biomet3I avec succès. Toutefois je préfère les implants droits car je trouve que l’on peut plus facilement jouer sur la position verticale de l’implant en fin de placement.

Laisser un commentaire