Naviguer / Chercher

Faut-il poser un ou deux implants? #2

Compte tenu de la situation clinique, un seul implant de diamètre 5mm est placé en site de 13 pour servir de support à un bridge directement transvissé, l’incisive latérale étant en extension.

La gestion de l’espace mésio-distal ne permet pas la mise en place de deux implants en respectant la distance de 3mm (minimale) entre deux implants. D’autres arguments peuvent aussi être avancés:

  • l’incisive latérale en cantilever n’a pas de rôle mécanique primordial et ne constitue donc pas une menace sur la restauration,
  • le pontic en extension permet de gérer une mise en forme ovoïde de la gencive qui favorise le résultat esthétique,
  • la papille inter-dentaire est toujours meilleure entre un implant et un pontic qu’entre deux implants.

Une prothèse zircone transvissée est mise en place. Afin d’éviter tout mouvement de rotation de la prothèse implanto-portée le transvissage est préféré au scellement..

Peut-on proposer une autre façon de gérer cet édentement?

Commentaires

pierredrean

Superbe, tes résultats sont « bluffant » ; peux tu donner plus de précisions sur ta gestion des tissus – os et gencive ?
Pierre

eric

Cela semble être la solution la plus « élégante ».
Je critiquerais juste ( pour le principe) la décision de couronner la 14. Elle me semble , pour sa part, payer un bien lourd tribut.
Je suis aussi intéressé par la gestion des tissus parodontaux en rapport avec le pontic même si j’ai ma petite idée.

Thierry DEGORCE

Bonjour chers amis,
Merci pour vos commentaires.
Les tissus mous en regard avec le pontique sur 12, ont dans un premier temps été augmentés avec une greffe de tissu conjonctif enfouie puis ils ont été mis en forme par un pontique ovoïde compressif porté par par une restauration temporaire placée sur la 13.

antoinecarillon

Comme tu le rappelles, il est désormais admis de considérer que la papille se reforme mieux entre un pontique et un implant qu’entre deux implants. Est-ce toujours vrai dans le cadre d’implants sous crestaux qui ménagent d’avantage le lit vasculaire entre deux implants voisins (du fait de leur plus faible diamètre et du profil d’émergence concave précédemment décrit dans un de tes blogs)? Si le cas exposé ne constitue pas une indication, tu as dû l’observer dans d’autres situations. Peux-tu nous faire part de ton expérience?

Thierry DEGORCE

Cher Antoine ta remarque est pertinente. Il est vrai que l’introduction du platform-switch et des profils concaves des piliers prothétiques a notablement amélioré le maintien des tissus périphériques au col implantaire. Des études chez l’animal mais aussi cliniques chez l’homme montre que pour avoir une papille, ces nouveaux concepts nous permettent d’avoir une distance inter-implantaire plus réduite en dessous des 3-4 mm communément admis. Toutefois, mon expérience montre que les résultats sont souvent médiocres dans ces situations. Il faut donc toujours privilégier une distance inter-implantaire de 3-4 mm minimum entre les cols et continuer à ménager des pontiques de bridge. Dans certaines situations, il ne sera pas toujours possible de ménager des pontiques et d’espacer les implants suffisamment. Le swichting et des piliers aux profils trans-gingivaux étroits seront alors d’un précieux secours pour maintenir l’os et la gencive. Ci-joint un exemple :

Laisser un commentaire