Naviguer / Chercher

Faut-il poser un ou deux implants? #1

Une femme de 54 ans en bonne santé, fumeuse, présente un absence de 13 remplacée par un bridge prenant appui sur la 14, par un ancrage partiel, et sur la 12 par une dent à tenon. Une reprise de carie sur 12 justifie son extraction. Le bridge est sectionné au raz de l’ancrage partiel.

La solution implantaire est-elle la meilleure option restauratrice?
Si la solution implantaire est retenue, faut-il placer un ou deux implants?
La gestion de ce cas clinique sera présenté dans le prochain post

Commentaires

docjfh

Bien sûr que la solution implantaire est la meilleurs , ici 2 implants semblent s’imposer.

carton

Sous réserve d’informations scanner qui pourraient venir contre indiquer ma proposition (en particulier en terme de largeur mésio-distale entre la centrale et la prémolaire) pourquoi ne pas envisager deux implants?

implanto

La solution implantaire me semble la meilleure. Un seul implant sur la 13 pourrait suffire avec une extension mésiale pour la 12 (l’extension mésiale peut être acceptable dans ce cas). Mais encore faut il que la consommation de tabac soit modérée (moins de 10 cigarettes pas jour) et que l’espace entre la 14 et la 11 soit correct.

drdovd

Je pense que les reponses ont ete donnees,il ne manque que les radiographies et le type d’occlusion.Je voudrais savoir combien de temps a tenu le bridge existant.D’un point de vue mecanique c’est tres limite pour remplacer une canine.Par contre le praticien qui realise le bridge a droit a beaucoup de respect pour avoir pense a faire sur la 14 un onlay de Mac Boyle (tres retentif et tres conservateur de la substance dentaire).J’ai ressenti le besoin de l’ecrire.

Thierry DEGORCE

Chers confrères,
Merci pour vos différents commentaires. Effectivement il est indispensable de prendre en compte l’espace mésio-distal disponible entre 14 et 11. La solution implantaire semble bien indiquée mais impose pour une réussite esthétique de ne placer qu’un seul implant en site 13. La mise en place de deux implants en site 13 et 12, n’apporterait pas grand chose sur le plan mécanique et ne ferait qu’alourdir le coût global du traitement. De plus les deux implants seraient immanquablement trop proche l’un de l’autre avec une atrophie de la papille inter-implantaire quasi certaine. En fait il existe une règle d’or dans le traitement de l’édentement partiel du secteur antérieur maxillaire : l’incisive latérale doit toujours être placée en pontique de bridge.
Dans le cas présent, l’incisive latérale sera portée en cantilever antérieur ce qui oblige en revanche pour éviter tous mouvements de rotation, de transvisser directement la prothèse dans l’implant par la face cingulaire de la 13. Donc le positionnement de l’implant doit être très précis.

Laisser un commentaire