Naviguer / Chercher

Deux cas d’incisives centrales maxillaires # 2

incisives_centrales_maxillaires_007
incisives_centrales_maxillaires_008

Dans la situation numéro 1 que nous avons présenté lors du dernier post, on peut identifier seulement deux facteurs de risques : le tabac et la ligne du sourire. Les autres éléments sont favorables et en particulier, le biotype qui est plat et épais en corrélation avec l’épaisseur de la corticale vestibulaire.

incisives_centrales_maxillaires_009

Le tableau met en évidence les éléments favorables et défavorables de cette situation clinique.

incisives_centrales_maxillaires_010

Dans la situation numéro 2, la situation est assez favorable mais plus délicate car la différence fondamentale avec le cas précédent est la différence structurelle du biotype initiale. Ce dernier est fin et festonné et la corticale vestibulaire apparait également fine et fragile.
Le risque de récession après avulsion de la dent est beaucoup plus important dans cette situation que pour le cas précédent.

incisives_centrales_maxillaires_011

Le tableau met en évidence les éléments favorables et défavorables de cette situation clinique.

Dans les deux situations cliniques, nous allons réaliser une extraction et implantation immédiate.

Des différences vont toutefois être apportées dans le protocole.

Selon vous qu’elles sont-elles ?

Commentaires

hodina

Cher ami, bonsoir,
Merci pour l’analyse très didactique résumé dans vos tableaux, qui permettent d’appréhender la difficulté de ces 2cas cliniques.
J’ai beau chercher, je ne suis pas sûr de moi concernant les différences!
Bien sûr, dans le cas numero 2, il va falloir modifier le biotype: une greffe de tissu conjonctif enfoui est indispensable! Mais la greffe de tissu conjonctif enfoui reste souvent un élément fondamental de la pose d’un implant en secteur antérieur, même avec un biotype plus épais! Donc, la différence de protocole ne me semble pas être uniquement çela!
Dans les deux cas, il faudra une greffe osseuse particulaire, mais dans le cas numero 1, on a une corticale vestibulaire épaisse, ET dans le cas numero 2, elle est quasiment inexistante, ET risque de fondre comme neige au soleil !!!!
Enfin, le cas numero 2 étant bien plus complexe de par ces 2 facteurs ( absence ou quasi-absence de corticale vestibulaire et biotype gingival très fin), il est risqué de tout faire en une fois, donc…..
Je pense que pour le cas numero1, vous allez extraire et positionner votre implant en flapless, combler le hiatus avec unbiomateriau particulaire ET faire une greffe de conjonctif enfoui, le tout en 1 séance!
Pour le cas numero 2, je vous verrai bien commencer par préparer le terrain dans un premier temps, en réalisant en premier, avant l’extraction, une greffe de conjonctif enfoui, afin d’obtenir une gencive plus épaisse…puis dans un deuxième temps, un tracé d’incision dont vous avez le secret, un levé de lambeau permettant d’avoir une excellente vision de la zone, une extraction-pose d’implant avec comblement du hiatus et pourquoi pas un rajout de particule vestibulaire avec une membrane resorbable. Puis un enfouissement de l’implant pour le laisser bien au chaud!
C’est chaud….ou c’est froid….. ;))))

hodina

En apparte, pourriez vous redonner les références de vos emportes pièce gingivaux ( circulaires)?
Merci

Thierry DEGORCE

Cher Hodina, merci une nouvelle fois pour votre commentaires et le suivi régulier de nos posts. Votre analyse me semble bonne et il ne vous a pas échappé que le cas n°1 était plus favorable. Le biotype est plus épais et comme souvent la corticale vestibulaire aussi. Toutefois dans le cas numéro 2, si le biotype est fin et festonné, la corticale vestibulaire semble toujours intègre et donc une implantation immédiate semble possible dans les deux cas. Toutefois une différence importante sera apportée dans le protocole même si au final tout sera réalisé en un seul temps opératoire dans les deux cas.
Concernant les bistouri circulaire emporte-pièces gingivaux, il existent en différents diamètres et on les trouve facilement dans tous les catalogues de matériel de chirurgie, IPP Pharma, Praxis, etc.

Thierry DEGORCE

Cher Hodina, merci une nouvelle fois pour votre commentaires et le suivi régulier de nos posts. Votre analyse me semble bonne et il ne vous a pas échappé que le cas n°1 était plus favorable. Le biotype est plus épais et comme souvent la corticale vestibulaire aussi. Toutefois dans le cas numéro 2, si le biotype est fin et festonné, la corticale vestibulaire semble toujours intègre et donc une implantation immédiate semble possible dans les deux cas. Toutefois une différence importante sera apportée dans le protocole même si au final tout sera réalisé en un seul temps opératoire dans les deux cas.
Concernant les bistouri circulaire emporte-pièces gingivaux, il existent en différents diamètres et on les trouve facilement dans tous les catalogues de matériel de chirurgie, IPP Pharma, Praxis, etc.

hodina

Cher Thierry, merci pour vos encouragements ( et la référence de vos emportes pièces).
Concernant le cas numero 2, j’avoue que je sèche!!!
J’ai pourtant relu en diagonale vos nombreux posts, essayant d’y trouver LA reponse… EN vain….
Juste cette phrase
 » Effectivement l’implantation immédiate est favorable au maintien des papilles (…), alors que l’implantation différée et plus favorable au développement d’os en vestibulaire donc à l’alignement des collets. Cela a été montré dans la littérature. Il y a un risque de perdre la papille inter-dentaire lorsque que l’on diffère et parfois, il peut-être judicieux de privilégier la papille au détriment de l’alignement des collets en réalisant une implantation immédiate malgré des tables vestiaires partiellement effondrées mais sous certaines conditions.  »
Dans le cas numero 2, comme nous l’avons dit précédemment, il existe des papilles fines et festonnées, mais il n’y a pas alignement des collets.
La reponse se trouve t’elle là??
Sinon, j’ai pu également relire le passage OU quelque soit le biotype initial, EN extraction-implantation immédiate, il doit systématiquement y avoir greffe de tissu conjonctif.
Résultat: ben en fait, j’en sais rien….. peut être avez vous décidé de réaliser une implantation dans le cas numero avec une émergence pour une couronne scellée? Je ne pense pas….. OU bien avez vous surenfoui l’implant plus bas que les 3mm de la JAC pour réaligner le collet de la 21 à celui de la 11??? Je pencherai pour cette option, mais je ne crois pas que la différence avec le cas numero 1 soit là!
Et donc j’opte pour une ROG non seulement dans le hiatus entre l’implant et la corticale mais également EN vestibulaire décente corticale….
J’avoue attendre avec impatience LA solution .
Merci pour vos post passionnant qui me font progresser dans mes analyses… enfin je crois.

Laisser un commentaire