Naviguer / Chercher

Défaut implantaire antérieur #1

Madame T, 56 ans se présente pour une doléance esthétique de secteur antérieur. une reconstruction implanto-portée a été réalisée 4 ans auparavant pour remplacer la 11. La 21 présente par ailleurs une mobilité importante qui inquiète la patiente.

La réponse à cette situation passe par l’extraction de la dent mobile et la dépose de l’implant mal positionné. Une restauration des volumes osseux et muqueux sera indispensable avant de pouvoir réaliser des prothèses esthétiques.
Comment expliquer cet échec esthétique initial?
Quelles étapes de reconstructions osseuses vous semblent utiles ou indispensables avant la réalisation des futures prothèses?

""->""

Commentaires

naval

Le remplacement des incisives centrales supérieures n’est pas évidente.
Qu’en est il des autres dents? Comment le patient ressent il la situation?

drdovd

Il n’a pas de radiographies,mais intuitivement,j’aurais procede d’abord une extrusion orthodontique pour avoir une quantite d’os supplementaire au niveau crestal.La suite du traitement dependra du resultat obtenu .apparament Le probleme existant est due a une perte osseuse parodontale initiale importante au niveau de la 11,et qui devait concerner aussi la 21 a une stade moins avance.

naval

Je n’ai pas l’expérience pour vous répondre et laisse la parole à nos confrères orthodontistes et implantologistes. Bien à vous.

janea

je ne crois pas qu’on puisse espérer une extrusion orthodontique de 21 quand le parodonte est à ce point réduit et malade. La dent est perdue. Le problème est de savoir comment reconstruire de l’os si on vise des implants incisifs correctement placés. Je veux dire placés pour que les prothèses qui y seront agrégées répondent au critères esthétiques antérieurs. Le volume à reconstruire est tellement important qu’il faut envisager une greffe lourde.

Thierry DEGORCE

Merci pour tous ces commentaires. Il s’agit d’un cas effectivement très complexe, sans doute l’un des plus difficile que j’ai du traiter dans ma carrière. Il faut prendre en compte la difficulté technique du cas mais aussi le profil psychologique d’une patiente qui est déçu d’un premier traitement implantaire et qui a déjà reçu plusieurs chirurgies.
Vous avez effectivement visualisé qu’une très importante augmentation verticale sera nécessaire. C’est la technique de reconstruction osseuse la plus difficile et la plus à risque.
L’extrusion orthodontique proposé n’est pas possible dans cette situation. La dent compromise ne dispose pas d’un ancrage osseux suffisant et il est impossible de réaliser une extrusion orthodontique d’un implant ostéointégré. La patiente souffre d’une parodontite bien stabilisée et les autres dents sont toutes conservables. Sa demande reste fonctionnelle et surtout esthétique reste localisée aux deux incisives centrales.

naval

Un beau bridge céramique en se mettant à la place du patient?
Cordialement

janea

Un bridge de canine à canine? Ou avec appui sur les latérales seulement? Et comment masquer la perte gingivale grave qui va suivre dans la région incisive? Faut-il refaire des pontiques longs comme était la couronne implantaire? Pour quel résultat esthétique? Ou faut-il avant tout reconstruire la zone maxillaire antérieure? Et comment? Je pense que nous aurons des propositions concrètes de Degorce.

dentpoissy

Pour pouvoir donner un avis sur ce cas complexe à tous points de vue, il nous faudrait la radiographie panoramique dentaire, une photo plus globale de la ligne du sourire, des clichés rétroalvéolaires des secteurs 12 à 16 et 22 à 26, ainsi qu’une photo des modèles en occlusion pour apprécier les rapports inter-maxillaires… C’est le minimum pour proposer un début de plan de traitement..

Thierry DEGORCE

Cher dentpoissy, l’objectif de ce post, n’est pas de proposer un plan de traitement global, mais de réfléchir ensemble au défaut osseux et gingival généré par cet échec. Pour vous rassurer, l’analyse des secteurs postérieurs et de l’occlusion a bien sûr été faite par l’équipe soignante mais elle n’a pas ici d’incidence directe sur les causes et la gestion du défaut antérieur objectif de ce post.
Dans le cas présent, les canines et les incisives latérales sont saines et conservables. Le plan de traitement retenu est la pose de deux nouveaux implants pour remplacer les incisives centrales.

dentpoissy

Cher Thierry merci pour ces précisions importantes notamment pour le traitement retenu.
L’échec initial est dû des le départ par la pose d’un implant remplaçant 11 avec déjà un niveau osseux très haut. La 21 a également depuis longtemps une situation parodontale terminale. Je pense qu’il fallait envisager le remplacement de 11 et 21 par des implants mais en corrigeant le défaut osseux. Pour corriger au préalable le défaut osseux et gingival, il faudrait fixer un bloc osseux ou de biomatériau ( quelle est ton expérience ?) sur la crête résiduelle en le modelant. Un greffon de conjonctif enfoui me parait également nécessaire…
J’attends avec impatience la suite de ton traitement…

Laisser un commentaire