Naviguer / Chercher

Cas clinique : Remplacement des incisives maxillaires #2

  1. Cas clinique : Remplacement des incisives maxillaires #1
  2. Cas clinique : Remplacement des incisives maxillaires #2
  3. Cas clinique : Remplacement des incisives maxillaires ? #3

TD_Laurent.006

Dans le post précédent nous avons discuté de cette situation initiale délicate. Bien que la rhizalyse de la 11 invite à envisager le remplacement de la dent par un implant nous décidons de maintenir cette dent qui pour l’instant n’est pas mobile pour préserver la papille entre 12 et 11.
Le plan de traitement consistera à envisager l’extraction et implantation immédiate de la 12. Toutefois les conditions osseuses et muqueuses initiales ne sont pas optimales pour envisager une implantation immédiate. La concavité vestibulaire nous gêne et la gencive semble très fine en vestibulaire de la dent. On souhaite également corriger la récession gingivale sur 13. Une première intervention chirurgicale doit nous permettre d’épaissir la gencive, de corriger la récession et de mettre en place une régénération osseuse sans extraire la 12. Nous vous proposons une vidéo qui illustre les différentes étapes de l’intervention.

TD_Laurent.007

La cicatrisation de la chirurgie se déroule normalement. Après 6 mois, on peut observer un recouvrement presque complet de la racine de 13, un épaississement significatif du parodonte initial sur ce secteur. Enfin le scanner permet d’objectiver un épaississement osseux qui devrait permettre de placer l’implant dans une bonne position.

TD_Laurent.009
  1. Ces modifications tissulaires au préalable de la mise en place de l’implant, vous semblent elles nécessaires?
  2. Etait-il possible de les réaliser avec l’implantation immédiate?

Commentaires

rene

Thierry
Avec quoi combles tu?
Essayes tu de faire passer le comblement sous ton greffon?

Thierry DEGORCE

Cher ami, merci pour ton commentaire.
J’utilise ici, comme souvent d’ailleurs, de l’os allogénique sous forme de particules. Je l’achète chez Biobank®, France. J’obtiens d’excellents résultats avec ce matériel, bien supérieur à ceux obtenus avec des xénogreffes. Le matériel est bien sûr déposé au contact de la corticale vestibulaire parfaitement « curetée » de toutes fibres. Il est recouvert par la membrane et le tout est glissé sous le greffon conjonctif.

Laisser un commentaire