Naviguer / Chercher

Cas clinique : Remplacement des incisives maxillaires #1

TD_Laurent.001

Situation initiale
Un homme de 35 ans nous est adressé pour envisager une solution implantaire à la situation suivante. Le patient est en bonne santé et non fumeur. Suite à un traumatisme survenu il y a plusieurs années les incisives 11 et 12 se sont rhizalisées. Une attelle de contention a maintenu la situation pendant plusieurs années. On observe un phénotype gingival fin, en particulier en vestibulaire de 12 ainsi qu’une récession en vestibulaire de 13.

TD_Laurent.002

L’imagerie met en évidence la rhizalyse conséquente des racines. On note également une concavité vestibulaire en site 12 qui doit être pris en compte si on souhaite placer l’implant dans un axe idéal. Noter la finesse des pics osseux proximaux et en particulier entre 12 et 11.

TD_Laurent.003

La ligne du sourire est haute et le patient expose largement sa ligne des collets. L’incidence esthétique est donc primordiale chez ce jeune patient.

TD_Laurent.004
  1. Quel plan de traitement pouvons nous proposer au patient ?
  2. Quels sont les points importants de cette situation initiale à prendre en compte ?

Commentaires

pierredrean

1. greffe gingivale partiellement enfouie sur 13 et enfouie sur 12
2. Rog sur la zone concave de 12/11
3. extraction, implantation immédiate et mise en esthétique immédaite de 12 plutôt qu’une implantation différée qui risquerait de faire perdre le pic osseux inter proximal
Bien confraternellement,
Pierre

Thierry DEGORCE

Cher confrère, merci pour votre commentaire.
Le plan de traitement que vous proposez est judicieux et c’est cette chronologie que j’ai proposé et appliqué pour ce patient. L’idée est de préparer le site implantaire avant l’extraction de la dent à remplacer.
Ainsi des conditions osseuses et gingivales optimales sont réunis au moment de l’implantation immédiate.

hodina

Bonjour, et merci pour votre réponse encourageante !
Un autre élément à tenir en compte pour le cas clinique numéro 2 est la proximité radiculaire entre la 21 et la 22 et lle fait que le septum entre ces 2 dents semble presque inexistant:: de ce fait j’ai peur qu’en essayant une extraction-implantation immédiate, on se retrouve avec une perte de la papille… j’aurais donc tendance à persister dans le choix d’une extraction et comblement suivi après cicatrisation et réévaluation de la pose de l’implant et gestion des tissus mous!
Mais comme souvent évoqué dans vos post, je pense ne pas encore être assez expérimenté pour traiter ce genre de cas difficile et continue donc de référer à mon correspondant sur Clermont ferrand. J’ai encore trop peur de ces cas clinique qui sont pour moi parmi les plus dur à traiter ….un jour peut être me lancerai-je….. mais la patiente est jeune et l’on n’a pas le droit de se tromper ici!
j’attends avec impatience votre expertise.
A bientôt.

hodina

Oups! Je me suis trompé de post! Je voulais poster dans  » deux cas d’incisives centrales maxillaires #1″

Thierry DEGORCE

Cher Ami, Je ne pense pas que la proximitéradiculaire soit un problème à prendre en compte dans ce cas clinique. Il est possible de choir des implants avec un diamètre adapté à l’espace médiocre-distal disponible. L’implantation immédiate me semble possible sur ce cas même si une extraction et implantation différée est une solution tout à fait recevable et prudente.

Laisser un commentaire