Naviguer / Chercher

Agénésies des latérales et canine incluse #2

Me_FG_.009

Dans le post précédent nous avons présenté cette situation clinique avec agénésie des deux incisives latérales et 43 incluse. Si un traitement ODF semble l’alternative la plus évidente pour aménager les espaces et replacer la dent incluse sur l’arcade, il reste néanmoins long et difficile à mettre en place chez cette patiente adulte. Elle souhaite s’orienter sur un alternative plus simple, plus rapide et moins coûteuse. Par ailleurs les contraintes esthétiques et l’inconfort imposés par un traitement multibagues sont pour elle rédhibitoires.

Me_FG_.010

Si l’espace dévolu à la 13 nous semble suffisant pour placer un implant et remplacer ainsi la dent absente, la difficulté réside dans la gestion de l’espace mésio-distal entre 21 et 24 pour pouvoir placer 22 et 23 absentes. Un wax up sur moulages nous permet d’objectiver la possibilité de placer les deux dents et d’envisager ainsi la mise en place d’un seul implant en site 23 qui servira de support à une prothèse avec cantilever pour l’incisive latérale.

Me_FG_.011

Une première intervention chirurgicale, permet de placer l’implant en site 13, et d’associer une régénération osseuse afin de corriger le manque d’épaisseur de la crête. Dans le même temps opératoire un lambeau d’épaisseur totale sur le secteur gauche permet d’aborder la 23 incluse, de retirer la dent et de mettre en place un matériau de comblement et une membrane résorbable pour recréer un volume osseux important. Noter que la canine temporaire est maintenue sur l’arcade afin de ne pas modifier l’apparence esthétique initiale auquel la patiente est habituée et ce , afin d’éviter la mise en place d’une temporisation amovible.

Me_FG_.012

Après cinq mois de cicatrisation la radiologie met en évidence un volume osseux au niveau du site 23 suffisant pour permettre l’extraction de 63 et mise en place immédiate d’un implant. Lors d’une deuxième intervention chirurgicale, l’implant préalablement placé en site 13 est désenfoui. Il est parfaitement ostéointégré. La 63 maintenue est extraite et l’implant est placé dans un axe permettant un transvissage de la future prothèse par le cingulum de la dent.

Me_FG_.013

Le volume osseux préalablement reconstitué a permis l’obtention d’une bonne stabilité primaire de l’implant placé pour permettre une mise en esthétique immédiate à l’aide d’une prothèse temporaire fixe. Afin d’éviter à la patiente une prothèse amovible transitoire des dents temporaires sont placées sur les deux implants. Après quelques semaines, on note déjà un résultat esthétique qui satisfait la patiente.

Me_FG_.014

Après 4 mois de cicatrisation, les dents temporaires sont retirées. On peut objectiver le profil d’émergence et en particulier le travail du pontique ovoïde sur la 22.

Me_FG_.015

Les prothèses permanentes sont placées. Une discrète plastie de 11 et 13 permet d’améliorer le résultat esthétique final.

Me_FG_.016

Le résultat esthétique final s’intègre bien dans le sourire de la patiente dont la lèvre masque naturellement la ligne des collets. Comparé à la situation initiale, le résultat final satisfait la patiente. Le plan de traitement minimalement inventif qui a été retenu a permis avec seulement deux interventions chirurgicales et un temps de traitement réduit d’obtenir ce résultat et d’éviter à la patiente la gestion d’un temporisation esthétique amovible.

Me_FG_.017
  1. Pensez-vous que le traitement retenu était judicieux ?
  2. En tenant compte des souhaits de la patiente, quelles autres solutions auraient été possibles ?

Laisser un commentaire