Naviguer / Chercher

A propos d’un cas complexe de reconstruction : remplacement de 21 à 23 #2

Dans le post précédent, l’extraction des racines 21 et 23 a été réalisée et les alvéoles ont été comblées avec des particules d’os allogénique. Il a été décidé de conserver la racine de 22 et de l’enfouir pour maintenir l’os alvéolaire et l’architecture existante, en particulier les pics proximaux.

Après 4 mois de cicatrisation, un lambeau de pleine épaisseur est levé pour mettre en évidence l’os disponible et placer les implants. Les deux implants sont placés à l’aide de la prothèse transitoire transformée. Un axe d’émergence cingulaire est clairement privilégié pour les deux implants.

Une régénération osseuse guidée est mise en place autour des des implants à l’aide d’une membrane résorbable osseoguard (Zimmer Biomet) et du matériau de comblement allogénique. Le lambeau est libéré pour assurer une bonne fermeture passive du site.

Après 5 mois de cicatrisation, les tissus semblent bien cicatrisés. Cependant, l’épaisseur de la muqueuse semble insuffisante pour développer des profils d’émergence esthétiques et assurer une hauteur de gencive kératinisée adéquate.

Un lambeau d’épaisseur partiel est réalisé à l’aide d’une micro lame courbe (MJK instrument). Une épaisseur suffisante de tissu conjonctif est laissé en place sur le site. Notez qu’en aucun cas les implants et l’os régénéré ne doivent être exposés.
Un large greffon épithélio-conjonctif est prélevé au palais. A l’aide d’une lame neuve, le greffon est désépithélialisé et ajusté au site receveur.

Le greffon est glissé sous le lambeau et intimement suturé au site receveur. Après avoir été libéré le lambeau est replacé sans tension pour assurer un recouvrement complet du greffon.

Après deux mois de cicatrisation, on observe un épaississement important des tissus mous sur l’ensemble du secteur édenté. Les deux implants sont désenfouis de façon simple et la muqueuse et suturé autour des vis de cicatrisation.

Un bridge provisoire de trois éléments est confectionné. La 22 est placé comme pontique ovoïde. La forme des dents est progressivement modifiée jusqu’à obtention des profils d’émergence souhaités.

Après 3 mois l’examen clinique permet d’objectiver une belle cicatrisation muqueuse.
Les examens radiologiques permettent d’observer le maintien du capital osseux autour de la racine enfouie, en particulier les pics proximaux.

La dépose du bridge provisoire permet d’objectiver la qualité des tissus mous. L’épaisseur de la muqueuse reconstruite devrait permettre d’assurer une bonne stabilité des tissus mous. Notez la muqueuse qui recouvre totalement la racine de la 22.

Une empreinte va permettre d’obtenir un modèle avec la réplique des profils d’émergence développés.

Un bridge zircone de trois éléments est réalisé. Les axes d’émergences permettent d’envisager un transvissage direct du bridge. La prothèse est montée sur des bases rotationnelles pour en faciliter l’insertion.

Notez la forme cervicale du bridge qui vient parfaitement épouser le dessin de la muqueuse développé par la prothèse transitoire.

Vue occlusal du bridge. Les puits d’accès des vis de prothèse sont obturés avec une résine composite. Notez l’épaisseur de la muqueuse en regard de la restauration prothétique.

La prothèse en place, on peut observer son intégration dans l’environnement muqueux.

Notez l’intégration de la restauration prothétique dans le sourire de la patiente.

  • Le maintien de la racine de l’incisive latérale a t-il était décisif dans le résultat obtenu ?
  • La greffe de tissu conjonctif était-elle indispensable ?
  • Quel autre plan de traitement aurait-on pu proposer à la patiente ?

Commentaires

Gérard DUMINIL

Superbe cas Thierry qui montre bien les vertus du respect des délais biologiques de cicatrisation. Une question : comment as-tu assuré la temporisation esthétique sans risquer de compromettre l’augmentation de volume des tissus mous ?

Thierry DEGORCE

Bonjour Gérard,
Merci pour ton commentaire. La temporisation a été assuré par une PAP sans fausse gencive rose. Un palais étendu permet d’éviter les mouvements de bascules susceptibles de comprimer et compromettre l’augmentation de volume des tissus mous. Une fois les tissus augmentés, c’est le bridge provisoire transvissé qui va créer les profils recherchés.

Thierry DEGORCE

Bonjour Gérard,
Merci pour ton commentaire. La temporisation a été assuré par une PAP sans fausse gencive rose. Un palais étendu permet d’éviter les mouvements de bascules susceptibles de comprimer et compromettre l’augmentation de volume des tissus mous. Une fois les tissus augmentés, c’est le bridge provisoire transvissé qui va créer les profils recherchés.

Thierry DEGORCE

Bonjour Gérard,
Merci pour ton commentaire. La temporisation a été assuré par une PAP sans fausse gencive rose. Un palais étendu permet d’éviter les mouvements de bascules susceptibles de comprimer et compromettre l’augmentation de volume des tissus mous. Une fois les tissus augmentés, c’est le bridge provisoire transvissé qui va créer les profils recherchés.

jasmin123

Merci pour votre intervention très intéressante ,juste a propos de la racine enfouie, est ce qu il n’ y a pas de risque qu’elle ègresse par la suite comme toute racine incluse

Laisser un commentaire