Naviguer / Chercher

Cas complexe du secteur antérieur maxillaire #2

Dans le post précédent, nous avons discuté du plan de traitement que nous pouvons proposer à cette jeune patiente pour le remplacement par implant des deux incisives 11 et 12.

Dans un premier temps, nous avons choisi de préparer le site pour la mise en place d’un implant en site 11. Une optimisation muqueuse et osseuse sont nécessaire.
Un lambeau d’épaisseur totale est réalisé après avoir retiré la 12. Un biomatériau est placé en apposition vestibulaire des deux incisives et il recouvert par une membrane résorbable fixée par des sutures.
Un greffon conjonctif est prélevé au palais et suturé au lambeau. Ce dernier et alors repositionner verticalement et suturé pour recouvrir l’importante récession sur la canine.

Cette vidéo illustre les différents temps de l’intervention chirurgicale.

Un bridge collé et placé pour remplacer la 12 durant la période de cicatrisation.
Après 8 mois, on peut observer un recouvrement partiel de la racine de 13 avec formation d’un bandeau de gencive kératinisé épais et un volume osseux compatible avec la mise en place d’implants.

  • Quelles séquences thérapeutiques peuvent être proposées pour poursuivre le traitement ?
  • Aurait-il était possible de placer des implants dans le même temps opératoire ?

Commentaires

ladam

Bonjour,
Toujours de tres belles interventions , tres elegantes .
Pourriez vous m’indiquer les membranes utilisées ?
Faites vous systematiquement un surface à la fraise grain fin lors d’un recouvrement radiculaire ? D’apres votre experience les resultats de ce type de recouvrement sont ils stables dans le temps ?

jbol

Bonjour Thierry Degorce,
Magnifique réalisation, pas évidente à la base.
Pourquoi avoir posé 2 membranes? La première semblait assurer sa fonction.

Thierry DEGORCE

Chers amis, merci pour vos commentaires.
Les membranes utilisées ici sont des membranes résorbables réticulées OsseoGuard ( Biomet3i). Elles sont à résorption lentes (au moins 4 mois) et assez rigides.
J’aime bien doubler l’épaisseur de la membrane avec une autre membranes pour augmenter l’effet barrière et (en théorie) la qualité de l’os régénéré.
Le surface de la racine recouverte a été réalisé avec une fraise à grain très fin dans ce cas mais je peux utiliser aussi des curettes et les ultrasons.
Selon moi et ma propre expérience, le recouvrement est assez stable dans le temps avec cette technique dès lors qu’un greffon conjonctif de qualité a été ajouté systématiquement sous le lambeau déplacé coronairement.

Laisser un commentaire