Naviguer / Chercher

Deux centrales maxillaires #2

Dans le post précédent, nous vous avons présenté la situation clinique résumée ici. Une solution est recherchée pour améliorer l’environnement muqueux avant la mise en place des prothèses définitives. Les implants semblent bien ostéointégrés.

Un lambeau d’épaisseur partielle est réalisée en vestibulaire. Il s’étend au-delà de la ligne de jonction mucogingivale. Deux incisions de décharges permettent de le libérer pour pouvoir le tracter coronairement et le repositionner verticalement sans tension.

Un greffon conjonctif prélevé au palais est suturé coronairement. Il s’appuie sur les vis de cicatrisation. Une fois parfaitement immobilisé, il est entièrement recouvert par le lambeau déplacé.

Le film de l’intervention chirurgicale vous montre les détails de cette dernière.

Après 8 semaines de cicatrisation, on peut observer une nette augmentation de volume en vestibulaire. A ce stade, deux couronnes provisoires transvissées vont pouvoir créer des profils d’émergence anatomiques.

Après 8 semaines de cicatrisation, on peut observer une nette augmentation de volume en vestibulaire. A ce stade, deux couronnes provisoires transvissées vont pouvoir créer des profils d’émergence anatomiques.

Une empreinte classique est prise à l’aide de transferts pick-up et d’un matériau polyéther. La position des deux transferts d’empreinte permet d’objectiver le parallélisme des implants et un axe d’émergence idéal au niveau du cingulum des futures couronnes.

Deux couronnes zircones unitaires sont transvissées. Elles s’intègrent bien dans l’environnement muqueux et du sourire.

  • Que pensez-vous de la technique chirurgicale montrée dans ce post ?
  • En avez-vous déjà l’expérience ?
  • Aurait-il été possible de placer des couronnes provisoires fixes durant la période de cicatrisation du greffon ?
  • Quelles autres solutions aurions nous pu proposer au patient ?

Laisser un commentaire