Naviguer / Chercher

Quiz #4

Une patiente consulte pour une douleur aiguë provoquée par le froid depuis plusieurs mois dans le secteur maxillaire droit. Elle a déjà consulté un confrère qui a dépulpé 15 puis 16, mais les douleurs persistent.

quiz4
Quelle est votre démarche diagnostique ?

Commentaires

laurentrb

Commencer par une anesthésie maxillaire pour voir si cela n’est pas une douleur en echo de la 47. La 47 semble avoir une corne pulpaire très proche de l’AG. Et a la redio cette 47 semble avoir quelques pulpolithes signe d’une souffrance pulpaire ainsi qu’une racine mesiale avec le pdl élargi.

renaud

Bonjour à tous, bonjour dominique,

Je commencerais par faire un test électrique sur la 17 (Amalgame conséquent) , et si elle répond positivement, je ferais un test électrique sur la 45 ( amalgame conséquent également), et 44 ( par principe) afin de m’assurer que ce n’est pas une douleur projetée…
Bonne journée.

didier

Bonjour à tous,
Je me méfierais d’un phénomène de projection ( douleur se reportant sur le même coté mais à un étage diffèrent).
Les douleurs prémolaires mandibulaires par exemple se projettent souvent sur les molaires maxillaires .
Je pense que , après avoir étalonné mon patient à la douleur sur une dent controlatérale, je tenterais de localiser la dent en reproduisant cette douleur ( froid) pour que le patient la reconnaisse et éviter ainsi des mutilations excessives. bonne journée

guillaume55

les syndromes du septum ont souvent également une symptomatologie de douleurs chaud/froid..
peut être dégager l’amalgame débordant sur 16 pour le remettre au limite.

laurentrb

oui mais pour répondre a guillaume la douleur était présente avant que la 16 ne reçoive un « traitement canalaire « 

guillaume55

L’amalgame était sûrement là avant aussi..,le prat a sûrement fait sa cavité d’accès a travers

malbosc

Test au froid sur toutes les dents secteur 1, y compris la 16 dont la racine distale non traitée peut contenir des fibres nerveuses répondant au stimuli, pour tenter de reproduire la douleur.
Et je m’accorde avec guillaume, quel est l’état gingival? plaque, inflammation?
la patiente a t elle une hygiène interdentaire efficace?
une gingivite aiguë peut mimer une douleur type carie.
or les espaces interdentaires sont étroits et difficiles à nettoyer, notamment 15_16 comme souligné par guillaume

Marcel Carton

on dit « les douleurs persistent » mais s’agit-il des mêmes douleurs avant dépulpation de 15, avant dépulpation de 16 et après dépulpation de 16? Mêmes causes déclenchantes, même sensibilité à la mastication, à la température, même localisation…?

chabou

Rétraction gingivale ?…………mais c’est facilement visible !
Fissure d’une dent de ce secteur ?…………..ça, c’est beaucoup moins évident à mettre en évidence !

marco

1ère démarche pour le diagnostic: test au froid. Sachant que les traitements endo seront à refaire, et le canal distal de 16 n’est pas traité…peut être à l’origine de la symptomatologie.
Idem test au froid sur 17 et 47 dont les amalgames sont juxta pulpaire.
2) quel est l’état parodontal? Saignement au sondage?

On manque d’éléments pour établir un diagnostic, mais ce qui est évident c’est qu’il faudra refaire toutes les endo…

Dominique Martin

Les douleurs pulpaires sont le plus souvent irradiantes et peuvent être décrites par le patient à distance de la dent causale (douleurs projetées).
Les test pulpaires servent essentiellement à localiser la dent causale en permettant de reproduire la douleur ressentie par le patient. Ici la patiente décrit des douleurs au froid, le test à utiliser est donc le test au froid. Toutes les dents du côté incriminé (haut et bas) doivent être testées. La dent qui répond au test au froid et déclenche la douleur est la 45. Cette dent présente une usure vestibulaire avec une importante exposition dentinaire responsable de l’inflammation pulpaire. En l’absence de douleur spontanée l’inflammation pulpaire est jugée réversible et sera traitée par une thérapeutique conservatrice. Les traitements de 15 et 16 seront ensuite repris pour des raisons techniques.

youn

Je testerais quand même la 47. L’élargissement à l’apex mésial n’est pas un signe de bonne santé…

Laisser un commentaire