Naviguer / Chercher

Obturation Objectifs

VIDEO

  • A partir de quel moment décidez-vous de passer à l’obturation lors de vos traitements endodontiques ?
  • Quels matériaux et quelle technique d’obturation utilisez-vous ?

Commentaires

toutou

bonjour
excellente presentation et une revision salutaire pour moi.
au debut 80 ,ns avons recu l ‘ enseignement du groupe du Dr LAURICHESSE , fortement inspire si je me souviens bien par J T MAC SPADDEN et LEIF TRONSTADT……….
Obturation .canal sec ,absence de signes cliniques ,ampliation compatible avec le système choisi, bref du temps a la echerche de cette excellence impossible.
Obturation.MAC SPADDEN , qd c ‘ est possible …..mais je ne trouve plus le materiel pour cela , est ce quelqu ‘un pourrait me renseigner?
Wave endo depuis peu , mais je ne maitrise pas encore parfaitement ce système.
IL est vrai que les résistances au SHILDER PUR de l ‘ epoque m’ influencent encore .Les gars alesaient un peu trop a mon gout pour suivre le dogme .
Encore merci pour ce discoursjuste .
BONNE JOURNEE

renaud

Bonjour à tous,
Question 1 : je passe à l’obturation dès que possible comme tu l’a expliqué,et j’évite au maximum un traitement en 2 séances. En revanche, lors d’une résorption interne ou externe utilises-tu de l’hydroxyde de calcium en interséance et donc réalises-tu ton traitement en 2 ou plusieurs seances?
Question 2 : j’obture avec du pulp canal sealer et gutta avec technique en vague unique. Mes associés obturent avec du top Seal et un cône de gutta ajusté. Vaudrait-il mieux qu’ils utilisent également le pulp canal sealer?
Merci d’avance pour tes réponses et pour cette superbe présentation!

Laurent ARBONA

Bonjour « toutou »,
Concernant la technique Mc Spadden le thermocompacteur appellé Gutta Condensor est commercialisé par Dentsply Maillefer.
Toutefois attention cette technique certes rapide, de faible coût est peu contrôlable (dépassement fréquent).
Le condenseur peut se fracturer et génère une élévation de température importante et dangereuse pour le parodonte si il est utilisé plus de 8 secondes.
J’espère que les prochains post vous donneront envie de revenir à la technique Schilder ou condensation verticale en une vague (Buchanan) plus contrôlable.
Merci pour vos commentaires

Laurent ARBONA

Bonjour Renaud,
Difficile de répondre rapidement à ta question 1 car tout dépend du type de résorption et de sa localisation mais je pense qu’il faut retenir que :
L’hydroxyde de calcium, le MTA et la Biodentine sont actuellement les trois matériaux utilisés pour le traitement des résorptions.
L’hydroxyde de calcium comme obturation canalaire provisoire pour neutraliser l’acidité à chaque fois que le processus inflammatoire lié à une résorption empêche un séchage du canal avant son obturation.
Le MTA ou la Biodentine comme obturation canalaire définitive à chaque fois que l’on a une résorption perforante c’est à dire avec une communication endo-parodontale.
Pour la question 2:
Le Top Seal est un ciment à base de polymères résineux et a comme inconvénients:
– insoluble et très bonne adhésion à la dentine (difficile à éliminer si réintervention pour cause d’infection secondaire et donc difficile d’avoir accès aux tubuli dentinaires niches à bactéries)
-mauvaise adhésion à la gutta (boulevard à bactéries)
-étanchéite > aux ciments à base d’oxyde de zinc eugenol mais pas statistiquement significative (Pommel 2003)
-toxicité initiale disparaît après la prise mais donc attention lors de la manipulation par le personnel.
Conclusion donnes leur ces arguments pour qu’ils suivent ton choix de ciment mais surtout ton choix de technique d’obturation tri-dimensionnelle.
Pour répondre mieux aux objectifs de l’obturation et pour les raisons que tu connais déjà et que nous allons développer dans les prochains posts
Amitiés

toutou

BONSOIR
Non , MAILLEFER DENTSPLY sont des copies incomprises par cette société du système J T MAC SPADDEN, je cherche le distributeur HISTORIQUE si je peux m’autoriser.Quand a l ‘élévation de température , je ne sais pas ou vous etes allé chercher ça , on aurait tue tt les parodontes de ma région.
Je suis démodée peut être , c’était cher , difficile, mais excitant et efficace, avec un résultat excellent, bon voila comme disent les jeunes.SOB

Laurent ARBONA

Désolé le seul thermocompacteur que je connaisse est celui que je vous ai cité et je vous souhaite que d’autres d’internautes utilisant cette technique puissent vous renseigner.
Il est probablement une copie de l’instrument développé par Mc Spadden (que je me souviens avoir vu à l’ADF il y a plusieurs années), mais fonctionne sur le même principe ramolir la gutta par friction contre les parois canalaires.
C’est cette friction contre les parois qui si elle dure trop (doit pas excéder 6 à 8 secondes) peut endommager le parodonte.
J’ai eu cette information en lisant le chapitre consacré à l’obturation de l’endodonte dans le livre Endodontie de S Simon, P Machtou et WJ Pertot
La référence bibliographique est la suivante:
Sauders EM. In vivo findings associated with heat generation during thermomechanical compaction of gutta-percha. Histological response to temperature elevation on the external surface of the root. Int Endod J 1990; 23: 268-274
Enfin ma recommandation était adressée à mes confrères et consoeurs qui désireraient utiliser cette technique pour la première fois non pas aux praticiens ayant de l’expérience avec cette technique (ils sont nombreux).
Donc vous n’êtes pas démodée, la thermocompaction actuelle n’est pas chère (c’est un avantage), et les résultats sont bon je le sais !
Je vous le disais, j’aimerais au travers de ce post et des suivants estomper les résistances qu’ont mes confrères et consoeurs à utiliser une technique de condensation verticale à chaud de gutta-percha souvent décrite à tort comme complexe et inaccessible aux omnipraticiens.

Laisser un commentaire