Naviguer / Chercher

Les résorptions radiculaires externes

Un patient d’une cinquantaine d’années consulte pour une sensibilité thermique au niveau de son secteur incisif maxillaire. L’examen clinique montre une dénudation radiculaire due à une récession tissulaire marginale

et une réponse exagérée à la stimulation au froid de la dent n°11. Le sondage ne révèle pas de perte d’attache. La radiographie en incidence orthogonale révèle une image radioclaire se superposant sur la racine de la dent n°11 dans la région cervicale

Une incidence excentrée de mésial en distal montre un déplacement de l’image radioclaire vers distal suggérant une localisation vestibulaire et distale de la résorption

Un diagnostic de résorption cervicale externe est posé. Devant la symptomatologie pulpaire et l’importance prévisible du délabrement radiculaire, il est proposé au patient de réaliser le traitement endodontique de la dent avant d’entreprendre une chirurgie d’accès pour le traitement conservateur de la résorption.
Le traitement canalaire est réalisé de façon classique en évitant de surpréparer la région cervicale afin d’éviter de créer une communication entre le canal et la lacune de résorption

Un lambeau de pleine épaisseur est levé afin d’accéder au site lésionnel. Le curettage de la lésion inflammatoire est réalisé à l’aide de curettes parodontales pour la surface externe de la racine et à l’aide d’inserts soniques diamantés pour nettoyer la lacune radiculaire

 

Après obtention de l’hémostase, un conditionnement de la dentine radiculaire est effectué avec de l’acide citrique à 10%, et l’obturation est réalisée avec un CVI modifié par adjonction de résine

Le lambeau est suturé avec du fil polyamide 6-0 par points matelassiers verticaux au niveau des papilles, et un point matelassier horizontal suspendu

Le contrôle clinique et radiographique à un an permet d’objectiver la stabilité du résultat obtenu

Commentaires

carton

Pouvez vous nous dire si une resorption radiculaire externe peut poursuivre ses dégâts malgré le traitement à l’acide citrique? Jai eu un cas avec des ravages radiculaires qui ont conduit à la perte de la dent.

François BRONNEC

Pour stopper la progression de la résorption, il est nécessaire de cureter le tissu inflammatoire par abord chirurgical et d’obturer la lacune radiculaire avec un matériau permettant une cicatrisation parodontale, il est envisageable de traiter la surface radiculaire avec de l’acide citrique avant de suturer le lambeau.

janea

Quelles sont les causes des résorptions externes? Peut-on avoir des critères sur lesquels on peut poser ce diagnostic? merci.

François BRONNEC

Je les classe avec les résorptions internes dans la catégorie des résorptions « idiopathiques » (pour les différencier des résorptions inflammatoires externes post-traumatique) car il est difficile de prouver l’étiologie … Pour ce qui concerne les critères diagnostiques, je vous renvoie au post qui traite du diagnostic différentiel entre résorption interne et externe

cedrendo

Pour plus d’informations, notamment par rapport aux étiologies dues aux traitements orthodontiques, vous pouvez aller lire :
LUNARDI D, BECAVIN T, GAMBIEZ A, DEVEAUX E Les résorptions radiculaires inflammatoires orthodontiquement induites : une complication à l’apex, mais aussi au collet.
Revue d’Orthopédie Dento-Faciale 2012 ; 46 : 379-392

Laurent Arbona

Merci à tous les intervenants pour ces échanges et ce partage bénéfique à notre exercice quotidien.A ce titre, je désirais partager avec vous tous ce cas en image d’une résorption inflammatoire externe post-traumatique, non visible en 2009, visible mais minorée en 2013 sur un bite-wing et enfin pleinement évaluée lors de la cavité d’accès sous microscope. Après interrogatoire, la patiente a décrit une extraction de dent de sagesse qui lors de l’appui de l’élévateur en distal de la 17 pourrait être la cause du trauma.

Laurent Arbona

désolé voici la radio datant de 2009 sur laquelle la résorption n’était pas visible

François BRONNEC

Jolie image sous microscope de la lacune de résorption, et le suivi radio est intéressant pour montrer l’évolution souvent rapide et destructrice de ce type de résorption cervicale invasive (qui est un type de résorption externe)
Merci Laurent !!!

Laisser un commentaire