Navigate / search

Docteur, j’ai un souffle au cœur…

Monsieur P, 38 ans, se présente en consultation car il présente des douleurs depuis environ 3 semaines, intermittentes, EVA 2-3/10 lors de certains repas et accentuées lorsqu’il consomme des boissons fraîches.

Au niveau des antécédents médicaux, Monsieur P nous dit avoir « un souffle au cœur » et prendre 3g d’amoxicilline avant des soins dentaires ou un détartrage.
L’examen clinique et radiologique permet de conclure à une pulpite réversible au niveau de 45, liée à une lésion carieuse profonde SiSta 2.3.
Après vérification auprès du cardiologue, monsieur P présente une fuite aortique de grade ¼ avec un léger épaississement.

Quelle est votre attitude thérapeutique ?

Monsieur P n’est pas considéré comme à haut risque d’Endocardite Infectieuse selon l’évolution des recommandations (annexe 1).
Le traitement envisagé devant la symptomatologie est une thérapeutique de conservation de la vitalité pulpaire sans antibioprophylaxie. Une anesthésie para-apicale est réalisée, un champ opératoire étanche (digue) est posé. La lésion carieuse est curetée de manière centripète, à basse vitesse, à l’aide d’une fraise céramique. Malgré ces précautions, une effraction pulpaire est présente. L’exposition est relativement faible et le tissu observé est très légèrement inflammatoire (hémostase facilement réalisable). Il est décidé de réaliser un coiffage coronaire direct à l’aide de MTA. La cavité est désinfectée, l’hémostase réalisée à l’aide d’une boulette de coton désinfectée avec de la Chlorhexidine et le MTA est placé grâce au MTA gun Maillefer®. Dans la séance, un CVIMAR est placé afin de reconstituer temporairement et fonctionnellement la dent.
Deux mois après le patient est revu, la symptomatologie a disparu et la dent répond positivement aux tests de sensibilité thermique. Il est donc envisagé de reconstituer en technique directe cette dent. En cas de nécrose pulpaire ou de pulpite irréversible, il serait tout à fait envisageable de réaliser le traitement endodontique (avec des difficultés potentielles du fait d’éventuelles calcifications pulpaires), en revanche l’antibioprophylaxie ne serait pas recommandée.

Peut-on réaliser tous les traitements endodontiques chez un patient présentant un souffle au coeur ?

Leave a comment