Naviguer / Chercher

La microchirurgie en endodontie #2 : chirurgie Endodontique traditionnelle versus microchirurgie Endodontique

Commentaires

zorg

– disons qu’en cas d’échec ou d’impossibilité de l’endo classique il ne faut pas s’en priver.
– les indications: voir ci dessus
– les contre indications:
– état immunitaire déficient
– diabète non équilibré
– bisphosphonates de 2éme et 3éme génération pris plus de 5 ans par voie orale
– bisphosphonates par voie parentérale
– Dénosumab pendant le traitement et au moins pendant 1 an après son arrêt.
– Au niveau des dents antrales en cas de communication de la lésion avec le sinus si celui ci n’est pas sain.

evelaurent

si on veut préciser vos indications:
– tout ce qui constitue un obstacle pour l’accès au canal radiculaire (prothèse plurale, ancrage radiculaire non démontable, instrument fracturé, minéralisations canalaires,etc.),
– complications anatomiques (résorption externe apicale, perforation du tiers apical, fracture du tiers apical),
– dépassement de matériau d’obturation sur apex extra-cortical,
– sur le plan clinique: persistance des symptômes après RTE bien conduit, persistance de la lésion.
Cette liste (non exhaustive) nous permet de voir qu’il y a des indications de première intention et des indications de seconde intention, dans lesquelles la microchirurgie endodontique sera une thérapeutique complémentaire.

concernant les contre indications:
– CI locales liées à l’anatomie: projection de l’apex en lingual pour molaires mandibulaires, position du N.A.I ou du foramen mentonnier, (la proximité du sinus ne me semble pas être une CI)
– CI liées à la dent: rapport couronne clinique/racine dévaforable après résection, atteintes parodontales sévères

– CI generales absolues: toutes les CI de la chirurgie orale notamment le risque d’EI, sujet immunodéprimé
– CI relatives: grossesse, troubles de l’hémostase, diabète non équilibré, biphosphonates.
en gardant à l’esprit que la réussite de l’acte est en partie liée à la qualité de l’hémostase obtenue avant l’obturation
en se posant la question concernant les biphosphonates des risques de la microchirurgie endodontique versus extraction?

Laurent ARBONA

Bravo à vous deux, le troisième post consacré au sujet contre-indication / indication risque d’être une répétition de vos réponses.
Merci pour votre implication de qualité, à bientôt

ploufinthewater

Je vais peut être un peu vite, mais pourrez vous nous donner des pistes pour nous former (ou au moins commencer) à ces techniques?

zorg

Petite précision: la présence du sinus sain n’est effectivement pas une CI, mais si il ne l’est pas et qu’il y a des écoulements purulents, il y a un risque de création de CBS

Laurent ARBONA

Bonjour Ploufinthewater,
Voici les informations que je peux vous donner, le Dr Eve laurent qui suit activement ce post pourra vous en donner d’autres
1/ continuer à suivre les post à venir ;-)))
2/ lire des articles qui y sont consacrés, l’Atlas de microchirurgie que je cite souvent dans mes posts est je crois impossible à trouver mais il existe un le bouquin d’Enrique Merino « Endodontic Microsurgery » en vente sur le site de Quintessence Internationnal.
3/ il existe des formations qui peuvent vous y préparer ADF( cette année séance de travaux pratiques sous la direction du Dr Eve Laurent, Cycle long d’Endodontie de la SOP,celui de la SFE……
4/ un trés bon court dispensé sur trois jours à l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie. je l’avais suivi et beaucoup appris, le Dr Eve laurent aussi et peut si besoin vous donner plus de détails
Peut être d’autres en Europe
5/ essayer de trouver un confrère qui en réalise et qui vous reçoive comme observateur
Et enfin ce lancer sur un cas d’antérieure pour commencer.
Plus vous en ferez plus vous progresserez, et c’est là le problème lorsque l’on débute la fréquence des intervention est malheureusement faible.

naval

Chers confrères
Tout ceci met en évidence l’importance de mener à bien au départ nos traitements radiculaires sans regarder le temps passé.
Tout ceci met en évidence l’importance d’accéder par voie direct dans les canaux et de réaliser dans la même séance traitement radiculaire et résection apicale et ce quelle que soit la technique chirurgicale.
Avec de plus de meilleur suite opératoire.
Le problème et la question que je me pose toujours pour chaque patient: résection apicale systématique ou non?
Bien cordialement et merci d’avoir mis en évidence l’angulation apicale à rechercher.
Un confrère en fin de carrière.

Laurent ARBONA

Bonjour Naval,

Pour la réponse à votre question sur la résection apicale systématique c’est oui, vous trouverez la raison dans le post n° 7.
La plus grande parties des complications anatomiques sources d’échecs du traitement orthograde se situent dans les 3 derniers millimètres.

merci pour vos commentaires et à bientôt

Laisser un commentaire