Naviguer / Chercher

L’importance de la vidéo dans le diagnostic esthétique

La réussite d’une réhabilitation esthétique ne peut s’envisager qu’à travers l’analyse préalable et rigoureuse de la composition dentaire et gingivale.
Parmi tous les moyens diagnostics à notre disposition, la photographie, associée à des outils informatiques simples, est devenue incontournable.
Les prises de vue extra et endobuccales, utilisées dans le cadre d’un protocole normalisé et associée à l’étude clinique, radiologique et des modèles, participent à l’élaboration du plan de traitement et permettent une comparaison objective tout au long du processus opératoire.
Dans le cas d’une consultation esthétique, la photographie peut se révéler insuffisante si elle ne permet pas d’enregistrer une attitude naturelle. Si le patient est habitué à masquer son sourire ou si il ressent une gêne au moment d’être pris en photo, cela peut donner des documents qui ne reflètent pas la réalité. C’est pourquoi, pour contourner ce problème, on peut faire appel à l’enregistrement vidéo au cours duquel on tentera d’enregistrer l’expression naturelle du patient. Pour cela, il ne sera pas nécessaire d’acheter du matériel supplémentaire, les appareils photos reflex actuels utilisés dans notre pratique quotidienne ont un mode vidéo suffisant et de qualité.

Le cas clinique exposé dans ce post montre que la vidéo permet d’éviter un projet esthétique inadéquat :

Monsieur D consulte pour une réhabilitation de son sourire qu’il trouve vieilli et usé.
L’analyse clinique et le protocole photographique mettent en évidence différents problèmes, en particuliers celui de l’usure globale et du manque de visibilité des dents dans le sourire.

Protocole de 12 photos décrit à l’Académie du Sourire et à l’Académie de Dentisterie High-Tech :

Si l’on se fie à la seule analyse photographique, on risque lors de la réhabilitation globale d’allonger outre mesure les dents antéromaxillaires.
De plus, les photographies permettent d’identifier une attitude empruntée, du patient lors de son sourire, qui n’est pas l’impression ressentie lors de l’entretien. Une séquence vidéo va confirmer cette impression et le projet esthétique corrigé dans sa conception va renforcer l’idée que l’allongement aurait été excessif.

Comparaison entre la photo du patient prise de face et la capture d’écran de la vidéo :

La vidéo tournée pendant l’essayage du projet esthétique (wax-up réalisé par le laboratoire Gilles Philip) permet de valider ce dernier :

Ceci renforce une opinion partagée maintenant par beaucoup de praticiens traitant de l’esthétique du sourire, qu’un film réalisé à partir de phonèmes et de phrases préétablies permet de cerner la vérité au plus près.

  1. Faites-vous systématiquement des protocoles photographiques pour les patients qui nécessitent un traitement de réhabilitation ?
  2. Enregistrez-vous des vidéos dans votre protocole de diagnostic esthétique ?

Commentaires

Laurent THERY

post très intéressant, avez vous une mise en scène spécifique pour la vidéo ? Nos patients sont souvent inquiets et stressés quand ils viennent nous voir.
si je comprends bien le fond d’écran noir doit permettre de bien cerner l’aspect des dents.

Laisser un commentaire