Naviguer / Chercher

Inserts ultrasonores et préparations coronaires partielles

Les préparations dans les zones esthétiques nécessitent des préparations particulièrement précises des lignes de finitions. Les inserts ultrasonores permettent :

  • D’obtenir une ligne de finition nette, régulière et positionnée de façon précise en corrigeant toutes les irrégularités créées par la fraise et en évitant tout geste intempestif lié à la vitesse de rotation de la turbine.
  • D’obtenir une ligne de finition parfaitement polie.
  • De respecter l’intégrité des tissus parodontaux. Par le sens tactile qu’ils développent, les inserts permettent de positionner la ligne de finition de manière très précise dans le sulcus, sans aucun risque de lésion du système d’attache. La faible amplitude de vibration des inserts autorise un contact avec la gencive marginale, toute manœuvre d’ouverture sulculaire et de protection gingivale devenant inutile.

Les inserts Perfect margin® (Actéon Satelec®) sont déclinés sous plusieurs formes :
Les inserts PM1 et PM2 et PM3 sont cylindriques, dont l’extrémité travaillante est de type congé quart de rond : PM1 (taille des diamants est de 76 µm), PM2 (46 µm) et PM3 lisse. Les inserts PMS présentent les mêmes caractéristiques si ce n’est leur extrémité travaillante qui est de type épaulement à angle interne arrondi. L’insert PM4 cylindro-conique (diamants de 76 µm), avec extrémité travaillante de type congé ogival, utilisable au cours des préparations coronaires périphériques ainsi que dans les préparations corono-radiculaires.
Les inserts sont utilisables sur le générateur ultrasonore Suprasson P Max® (ancienne génération) ou Suprasson PMax XS® (nouvelle génération) équipé du module SP Newtron®. Ces inserts sont complémentaires des fraises diamantées car ils ne permettent pas à eux seuls la réalisation d’une préparation, qu’elle soit totale ou partielle.

Cas clinique N°1

Une discoloration de la 21 nécessite une restauration prothétique. Pour d’évidentes raisons du respect du gradient thérapeutique le choix se porte sur une facette céramique. La préparation est optimisée par l’utilisation des inserts Perfect Margin®

Cas Clinique N°2

Une patiente de 45 ans trouve son sourire disgracieux. Le préalable à toute reconstruction prothétique antérieure passe par une phase diagnostique qui se décompose en analyse esthétique du sourire d’une part et en analyse fonctionnelle d’autre part. On observe une DDM du secteur antérieur maxillaire (11 et 21) nécessitant un nivellement afin de redonner à ces dents un positionnement harmonieux compatible avec une bonne esthétique et une bonne fonction.

La 12, dont le granulome apical a été traité par résection apicale il y a quelques années, est à extraire. La 22 présente un composite de classe 3. Devant le refus de traitement ODF, la solution prothétique est proposée. Le traitement fait appel à la réalisation de trois facettes en céramique de type Emax sur 11, 21 et 22. La 12 quant à elle est extraite et un implant (MKIII Groovy 3,3 x 13 mm, Nobel Biocare®) est posé dans la même séance. L’implant est mis en charge immédiatement en prenant soin d’éviter tout contact avec les dents antagonistes, que ce soit en occlusion statique ou dynamique.

– A partir d’un wax up un masque est réalisé en résine sur les dents devant être préparées (Fig 24) constituant le véritable guide de la préparation permettant de contrôler la quantité de matière enlevée.

L’utilisation des inserts ultrasonores diamantés fait suite à celle des fraises diamantées et a pour but d’affiner et de préciser le positionnement de la ligne de finition en position supra ou juxta gingival, de la régulariser et de la polir.

1- Les inserts ultrasonores diamantés vous semblent-ils les compléments naturels des fraises pour obtenir des lignes de finition précises ?
2- Quels sont les avantages à attendre de ces matériels ?

Commentaires

massmolaire

Ces inserts ont la réputation de s’user rapidement. Pourriez-vous nous dire :
– A quel rythme les renouvelez-vous?
– Comment décidez-vous si un insert doit être remplacé?
– Lors de l’utilisation, à quel pourcentage de la puissance maximale réglez-vous le générateur d’ultra-sons?

Merci et bravo pour la qualité de vos illustrations.

Marc Sous

Bonsoir,
en effet ces inserts sont fragiles et ils perdent souvent le diamantage sur l’extrémité. Il faut donc bien les vérifier à la loupe. S’ils ont perdu le diamant il faut les changer…
Pour ce qui est de la puissance, si on veut vraiment « usiner » il faut les utiliser à la puissance max en mode détartrage. Pour polir il faut diminuer la puissance en mode endodontie (jaune) puissance max ou mode détartrage puissance mini.

drpierreacomeau

Imaginez-vous que c la première fois que je réalise que les inserts ultrasoniques peuvent m’assister à obtenir des marges plus précises. Félicitation pour la qualité de votre travail

Marc Sous

Je vous remercie et suis heureux que les inserts facilitent votre exercice.

eric

Je les utilise presque systématiquement. Ils ne font pas saigner. Ils finissent de façon très nette. Leur col très fin est très pratique pour dégager le champ de vision ,notamment sous loupes. Un outil précieux.
Cependant, certes les manoeuvres d’ouverture sulculaire sont moins utiles pour protéger le parodonte mais toujours indispensables ( à mon sens) pour positionner correctement sa limite en intrasulculaire tout en protégeant l’attache épithéliale.

Marc Sous

Normalement il n’y a pas de raison de léser le système d’attache car ces inserts travaillent lentement et l’on peut contrôler trés facilement l’enfouissement. Les manoeuvres d’ouverture sulculaire ne sont donc pas indispensables, ce qui permet de travailler sur une gencice en position physiologique et donc de positionner la limite très précisement.

Gérard DUMINIL

Bravo Marc pour cette présentation très intéressante, ces outils sont particulièrement utiles pour des préparations en vue d’empreinte optique en raison de leur capacité à ne pas entraîner de saignement.
Merci très jolis cas bien illustrés.

strato

Super présentation, bravo; une petite question me travaille , concernant la
12, il me semble que son collet aurait mérité d’être un peu plus en position
apicale pour une meilleure symétrie avec celui de la 22 ; sachant que c’est plus facile à dire qu’à faire?

Marc Sous

Je suis d’accord avec vous. J’ai hésité à réaliser une gingivectomie, mais j’ai finalement décidé de laisser la gencive péri implantaire tranquille. J’aurais peut être du travailler davantage le profil d’émergence avec la prothèse transitoire.

Laisser un commentaire