Naviguer / Chercher

Esthetique et fonction : une relation étroite #1

Les critères de réussite de nos traitements sont nombreux :

  • stabilité occlusale
  • réussite esthétique
  • longévité du traitement
  • traitement le moins invasif possible
  • choix des matériaux de restauration

Les traitements peuvent être rendus complexes car il faut faire coïncider ces différentes pièces du puzzle. Nous devons avant de commencer un traitement savoir précisément où nous allons l’amener avec quelles grandes étapes. Nous ne pouvons pas gérer l’esthétique sans penser occlusion et inversement.

1- La demande étant d’abord liée à l’usure des dents antérieures, peut-on répondre à la préoccupation du patient sans intervenir sur l’ensemble de l’occlusion?
2- Quel plan de traitement proposez vous?

Commentaires

massmolaire

Ce patient a dû s’entendre dire mille fois « Vous grincez des dents la nuit. C’est pour cela qu’elles sont usées. »
Très peu probable à mon avis. Cet aspect des dents antérieures a tout de l’usure fonctionnelle c’est à dire causée à des frictions lors de la mastication.
Mon plan de traitement serait (avec les éléments dont je dispose) :
– analyse et équilibration occlusale pour optimiser l’OIM
– orthodontie si l’analyse occlusale montre que c’est la position trop palatine des dents antérieures maxillaires qui interfère avec l’envelloppe fonctionnelle.
– montage en articulateur et waxup
– restaurations directes ou indirectes

jacks

Bonsoir,
Si l’on veut respecter les critères énumérés ci-dessus, il faudrait intervenir sur l’occlusion.
Il faudrait donc augmenter la dimension verticale, ce qui permettra de réaliser des facettes pour retrouver un sourire plus esthétique…

bargeo

Désolé pour l’interjection. Ma réponse serait similaire à celle de JP-T.
confraternellement.

Jean-Pierre TOUBOL

Je vais essayer de répondre aux questions posées par Cyril Gaillard.
La demande est elle liée à une inquiétude de dégradation progressive ou à une demande esthétique essentielle?
C’est un point important à préciser car les conduites à tenir ne seront pas les mêmes et la prévisualisation des résultats sera différente.
Y a til un problème de teinte ou non?
Doit on intervenir sur l’occlusion?
La réponse est non si aucun trouble de la motilité mandibulaire et articulaire existent et si le patient ne se plaint d’aucun symptôme. Si ce n’est pas le cas alors analyse occlusale et correction des rapports maxillo mandibulaires et si nécessaire augmentation de la DVO pour redonner aux antérieures une dimension normale.
Au fait la modification de DVO doit être bien prévalue et ne se faire qu’en une seule fois et surtout pas en approches progressives.
La restauration devient alors une restauration étendue

jacks

Bonjour Dr,
Peut -on dissocier la fonction de l’esthétique dans ce cas ci? On observe au niveau maxillaire postérieur une érosion, avec des restaurations amalgame et composite isolées, notamment à droite. Sans doute aussi en palatin des incisives. Elle devait être présente avant les couronnes. Si vise un traitement pérenne, il faudrait toucher à l’occlusion.
Pouvez vous vous développer votre autre option thérapeutique? Merci bien

jacks

Bonjour bargeo,
Le « pourquoi » était pour savoir un peu plus sur votre argumentation…

bargeo

Bonsoir Jacks
Je me garderai bien de développer une autre option thérapeutique n’ayant pas tous les paramètres sous les doigts! Néanmoins il me semble a priori nécessaire de traiter la fonction esthétique après avoir réglé la fonction manducatrice. À minima, c’est obtenir une bonne stabilité du calage molaire associé à une dynamique mandibulaire équilibrée, puis associer la réhabilitation de la fonction esthétique antérieure avec le schéma occlusal préalablement choisi et mis en place…sans toucher à la DV. Sinon c’est le traitement global proposé par J-P TOUBOL qu’il faut suivre.
Avec ces données, je ne peux dire mieux, sinon vous suggérer de penser au « rasoir d’OCCAM »!

Cyril GAILLARD

Bonsoir,
la demande du patient est surtout de prévenir l’usure de ses dents qui s’accélère selon lui.
je pense qu’il est nécessaire d’intervenir sur l’occlusion même si le patient ne présente aucun symptôme, en ce sens, je n’entends pas meulage sélectif, mais augmentation de DVO. En effet, cela permettrait de libérer de la place au niveau du guide antérieur et de préparer les dents à minima, voir absolument pas, lors de la future restauration.
je commencerai par trouver la nouvelle position mandibulaire, valider la fonction pour ensuite restaurer l’esthétique
Le traitement va être développé dans les prochains post

jacks

Bonjour,
Je suis tout à fait d’accord avec le projet de traitement du Dr Gaillard

Ce patient ne présente aucun symptome de DAM, il n’en présente pas moins une parafonction dont l’usure des incisives supérieures en sont l’expression. Cette parafonction doit être prise ne charge par une orthèse pour en vérifier l’origine.
Je ne suis pas loin de penser, que les éléments prothétiques anciens de ce patient et les restaurations inadéquates soient à l’origine des microtraumatismes qui ont aboutis à la détérioration des bords libres des incisives.
Je ne pense pas qu’il soit nécessaire d ‘augmenter la DVO car la simple relaxation musculaire par le port d’une orthèse sera suffisante pour redonner un rapport sagittal acceptable (ceci dit en fonction des éléments succincts que nous avons) . Et si cela s’avérait nécessaire , il faudrait de toute façons prendre l’ORC pour référence, alors commençons par observer le décalage ORC OIM et optimiser l’OIM en ORC et organisons les guidages pour contrôler la parafonction . A moins de vouloir placer 24 coiffes céramiques , je ne vois pas l’intérêt de modifier l’occlusion , il vaut mieux commencer par rectifier les erreurs prothétiques . Rétablir une occlusion stable , adaptée à la fonction, assurant un calage et un guidage harmonieux , en remplaçant les dents restaurées approximativement sera suffisant pour ménager l’espace nécessaire à une reconstruction des incisives antérieures par des coiffes avec le recouvrement suffisant pour épouser la ligne du sourire.
Tout a été dit par massmolaire,

Laisser un commentaire