Naviguer / Chercher

Ulcérations : un défi diagnostique et thérapeutique #6

Présentation du cas clinique

Un patient âgé de 43 ans, fumeur, sans antécédent médical, est adressé par son dentiste pour une lésion linguale, présente depuis plusieurs semaines,
indolore initialement mais particulièrement douloureuse le jour de la consultation. Le patient ne présente pas de dysphagie ni perte de poids. L’examen clinique révèle une ulcération linguale mesurant 2 cm de diamètre, de base indurée aux bords éversés saignant au contact. Des plaques blanches postérieures inhomogènes se trouvent en arrière de cette ulcération et en avant des amygdales linguales. La palpation des aires ganglionnaires cervico-faciales ne ne permet pas de déceler pas d’adénopathie.

Hypothèse diagnostique

L’hypothèse diagnostique principale est celle d’un carcinome épidermoïde lingual ulcéro-végétant compte tenu des éléments cliniques suivants :

  • patient fumeur
  • lésion inhomogène
  • base indurée débordant l’ulcération
  • bords éversés
  • ulcération saignant au contact

Ce carcinome est associé à des leucoplasies d’origine tabagique en arrière de l’ulcération.
Le tableau clinique n’est pas compatible avec un aphte géant qui est d’emblée douloureux ni avec une ulcération d’origine infectieuse qui s’accompagne toujours d’une adénopathie cervico-faciale. Par ailleurs, l’anamnèse ne permet pas d’évoquer une ulcération iatrogène ou traumatique.

Conduite à tenir

Compte tenu du tableau clinique typique, le patient est orienté le jour même vers un service de carcinologie spécialisé dans la prise en charge des tumeurs des voies aéro-digestives supérieures.

Résultats

Une prise en charge chirurgicale à type d’une pelvihémimandibulectomie a été réalisée, complétée par un curage ganglionnaire bilatéral et associée à une radiothérapie.

Laisser un commentaire