Naviguer / Chercher

Démarche diagnostique devant la découverte de papules et plaques multiples #1

Madame L. âgée de 36 ans d’origine malgache a été reçue en consultation de dermatologie buccale. Elle présente de nombreuses papules et plaques et sollicite une prise en charge diagnostique et thérapeutique.
La patiente n’a aucun antécédent médical et consomme 15 cigarettes par jours depuis 10 ans.
L’examen clinique exobuccal ne révèle aucune adénopathie ni tuméfaction génienne.
L’examen endobuccal révèle de nombreuses papules et plaques de la muqueuse buccale, planes, lisses, circulaires, non pédiculées, de couleur rose pâle, de taille variant de 3 à 8 mm et asymptomatiques, situées sur le versant muqueux des lèvres inférieure et supérieure et au niveau rétro-commissurale, de la face interne des joues et du bord latéral de la langue.
Elle présente également une plaque hyperkératosique au niveau de la face interne de joue de consistance et d’aspect hétérogène. Il n’existe pas de localisation gynécologique ni d’atteinte familiale.

1
Quels diagnostics peuvent etre envisagés?

Commentaires

docpalident

Votre description clinique et l’examen de votre photographie font penser à une hyperplasie épithéliale focale ou Maladie de Heck. Je ne vois pas d’autres diagnostics à envisager car cette entité clinique est assez spécifique.
Merci pour la création de ce nouveau blog : chirurgie orale. On attend la suite avec impatience.
Cordialement.

janea

est-il utile de procéder à une biopsie? La diagnostic peut-il se faire sans anapath?

docpalident

Si le cas présenté est effectivement une pathologie à HPV (identique à des verrues cutanées) une biopsie est inutile car le diagnostic est d’abord clinique.

mickaelsam

Tout d’abord bravo à docpalident pour son diagnostique.
Cher janea je pense qu’il est important de faire la biopsie ici de façon systématique avec l’envoie du prélèvement en anatomopathologie ( même si le diagnostique il est vrai est clinique).
Cela permet de confirmer votre diagnostique et d’éliminer les diagnostics différentiels ( fibrome,diapneusie)
Enfin il est parfois intéressant de demander une PCR HPV pour isoler le sous type d’HPV ( ici chez cette patiente 32).

Frédérick GAULTIER

Le diagnostic de certitude est issu de la confrontation de l examen clinique aux résultats de l examen anatomopathologique. Pensons à cette situation clinique chez l enfant qui nous impose d écarter le condylome acuminé et sa cohorte de conséquence légale, et de façon plus générale à l établissement du diagnostic qui ne souffre pas d un manque de rigueur. En dermatologie buccale comme en médecine de nombreuses situations cliniques miment un tableau clinique dont le diagnostic est tout autre. Il faut se méfier du diagnostic empirique et envisager systématiquement une démarche qui commence par l anamnèse, l examen clinique, complétés d éventuels examens complémentaires, de l hypothèse diagnostique et des diagnostics différentiels.
Méfions nous des diagnostics empiriques.

docpalident

Je souhaiterais apporter un commentaire aux précédentes remarques. En pratique quotidienne au cabinet dentaire, il est très rare d’être confronté à ce type de pathologie. Dans un premier temps, l’anamnèse et l’examen clinique permettent de faire le Diagnostic, et surtout de rassurrer le malade sur le caractère bénin de sa maladie et de l’évolution favorable de ces lésions buccales.Ce diagnostic permet également d’informer le patient sur les mesures préventives à mettre en oeuvre dans ce type de pathologie à HPV. Ce diagnostic même s’il peut être qualifié d’“empirique“ doit surtout permettre d’adresser le malade dans un service spécialisé pour la réalisation éventuelle d’examens complémentaires, et pour une prise en charge thérapeutique adaptée. Je ne pense pas que l’on puisse conseiller de faire ces examens complémentaires au cabinet (une certaine expérience est requise pour la réalisation du prélèvement, sa conservation et sa transmission à un laboratoire spécialisé…). De même qu’il est toujours préférable de laisser faire la biopsie d’une lésion buccale “suspecte“ par l’équipe soignante qui sera capable de traiter le malade dans sa globalité, le plus généralement en milieu hospitalier.. mais c’est un autre débat.
Cordialement.

Laisser un commentaire