Naviguer / Chercher

La chirurgie orthognathique

La chirurgie orthognathique est ce domaine spécialisé de la chirurgie maxillo-faciale qui concerne la prise en charge des dysmorphoses dento-maxillaires. Etymologiquement, l’objectif de cette chirurgie est de remettre « droites » (Ortho) les mâchoires (Gnathos). La prise en charge des patients relevant de la chirurgie orthognathique est par essence multidisciplinaire, les conséquences de ces dysmorphoses étant tout autant fonctionnelles qu’esthétiques. L’odontologiste omnipraticien est fréquemment à l’origine de la découverte de la dysmorphose, ou tout au moins du trouble occlusal de son patient. Il l’adresse le plus souvent à son confrère orthodontiste, qui fera appel à son tour au chirurgien maxillo-facial en présence d’une anomalie des bases squelettiques maxillaire ou mandibulaire, ces dernières ne pouvant le plus souvent être corrigées par un traitement orthodontique seul. Plusieurs spécialistes sont fréquemment mis à contribution dans le bilan initial : ORL (pour la suppression d’une gêne à la ventilation : amygdales, végétations chez l’adulte jeune…), parodontologue en présence d’une récession gingivale plus ou mois étendue (fréquente en cas de Classe II), kinésithérapeute spécialiste en rééducation oro-faciale (pour l’apprentissage de la déglutition ou pour la correction d’un trouble de la phonation…) enfin de psychologue (pour démasquer une rare mais toujours possible contre-indication à la chirurgie en cas de dysmorphophobie). La qualité des résultats dans le domaine de la chirurgie orthognathique tient tout autant au juste diagnostic de la dysmorphose que dans la parfaite collaboration des différents praticiens impliqués (1). L’objectif thérapeutique final est de répondre aux attentes du patient en lui apportant le meilleur résultat fonctionnel et esthétique possible mais aussi d’obtenir un résultat durable en supprimant, s’il existe, un facteur de récidive en particulier musculaire.
Les implants dentaires en présence d’un édentement plus ou moins étendu seront insérés après la normalisation du positionnement spatial des bases osseuses et la restauration d’un espace prothétique adéquat.

Cas Clinique N°1 : Classe II


Patiente de 53 ans présentant une Classe II dentaire et squelettique avec endognathie maxillaire. Ses demandes sont esthétiques (amélioration de l’équilibre vertical du visage, correction de la rétromandibulie) et fonctionnelles (suppression de sa gène à la mastication, prévention du « déchaussement » dentaire).
Réalisation d’un protocole multidisciplinaire comprenant une préparation parodontale pré-orthodontique (Béatrice Straub), une phase de préparation orthodontique de décompensation, d’alignement et de nivellement en technique vestibulaire (durée : 14 mois, Monique Raberin), puis une chirurgie bimaxillaire de propulsion mandibulaire et d’expansion maxillaire (Pierre Bouletreau) et suivie d’une phase de finitions orthodontiques (durée : 6 mois).

Cas clinique N°2 : Classe III


Patient de 23 ans présentant une Classe III asymétrique avec prolatéromandibulie gauche. Ses demandes sont esthétiques (obtention d’une symétrie faciale et suppression du prognathisme mandibulaire) et fonctionnelles (mastication équilibrée et confort occlusal). Réalisation d’un protocole orthodontico-chirurgical comprenant une phase de préparation orthodontique de décompensation, d’alignement et de nivellement en technique vestibulaire (Durée : 14 mois, Jean-François Mayeux) précédant la phase de chirurgie bimaxillaire de propulsion maxillaire et recentrage mandibulaire (Pierre Bouletreau). Une phase de finitions orthodontiques clôture le traitement global (durée : 6 mois).

1 – Face à un trouble occlusal évident, faut-il adresser le patient à l’orthodontiste ou au chirurgien maxillofacial?
2 – Quel est le bon timing concernant la réalisation d’une réhabilitation dentaire implanto-portée au cours d’un protocole orthodontico-chirurgical?
3 – Quelles sont les limites d’âge pour entreprendre un protocole orthodontico-chirurgical?

Commentaires

crouti

1 – adresser à l’occlusodontiste
2 – aucune idée
3 – aucune limite d’age ?

Laisser un commentaire