Naviguer / Chercher

Prélèvement mandibulaire postérieur et germectomies

Le site mandibulaire postérieur, bilatéral, endobuccal représente un site donneur particulièrement utile en chirurgie reconstructrice préimplantaire. D’origine membraneuse, il résiste particulièrement bien aux phénomènes de la résorption en particulier lorsqu’il est utilisé en apposition. Plan et homogène, son indication principale réside dans les reconstructions des atrophies alvéolaires secondaires ou primaires de adulte jeune et de l’adolescent (traumatismes dento-alvéolaires du secteur antérieur, fentes faciales, agénésies dentaires, etc.).
Parmi cette population de patients jeunes, on met fréquemment en évidence au cours du bilan préopératoire des dents de sagesse ou des germes de dents de sagesse inclus. Leur extraction préalable est contre-indiquée en raison de la destruction de la corticale externe qu’elle engendre en regard de la racine externe de la branche montante. Ainsi, l’extraction doit être réalisée simultanément à la levée du greffon. Dès lors se pose la question de la procédure chirurgicale et en particulier de l’existence ou non de « particularités techniques » à connaitre pour l’opérateur en raison de l’existence de ces organes dentaires au sein du site donneur.

En pratique, quelques notions anatomiques méritent d’être connues et quelques précautions méritent d’être prises par l’opérateur.

En pré-opératoire, le Scanner ou Cone Beam s’avère indispensable :

  • pour apprécier l’épaisseur réelle de la corticale en regard de la dent incluse ou du germe inclus (c’est-à-dire pour apprécier l’os disponible)
  • connaitre l’épaisseur de la table linguale et le volume de l’os sous-jacent à la dent ou au germe inclus (c’est à dire pour apprécie le risque de fracture per opératoire ou secondaire de l’arc mandibulaire)

En per-opératoire, au cours de la réalisation du volet cortical aux ultrasons, l’opérateur ne cherche pas à étendre sont ostéotomie à l’organe dentaire sous-jacent mais au contraire il limite son ostéotomie à la corticale seule. Plus tard au cours de la luxation du volet externe, il veille à ne pas placer son décolleur au niveau de la dent incluse en regard de laquelle la corticale est la plus fragile et susceptible de se fracturer (la fracture du greffon rendant la reconstruction aléatoire). La dent incluse ou le germe inclus (avec son sac péricoronaire) est luxé latéralement. La récolte des greffons accessoires à la pince gouge ou aux ultrasons en regard du triangle rétromolaire est effectuée de manière atraumatique. La fermeture du lambeau muco-périosté est réalisée à l’aide de points séparés espacés afin de permettre le drainage d’un hématome toujours possible.

  • L’existence dents de sagesse ou de germes de dents de sagesse inclus constitue-elle une contre-indication aux prélèvement osseux mandibulaire postérieurs ?
  • A quel évènement indésirable s’expose-t-on plus particulièrement en cas de prélèvement osseux mandibulaire postérieurs avec dents de sagesse ou de germes de dents de sagesse inclus ?

Laisser un commentaire