Naviguer / Chercher

Procédures cliniques (L-PRF) #1

Le prélèvement sanguin

le prélèvement sanguin est-il réalisé par vous-même ou par une infirmière ?

Commentaires

janea

Merci pour cette démonstration très simple et très claire qui donne envie de connaître la suite.
Donnerez vous dans les posts suivants les coûts des différents matériels?

Gérard DUMINIL

J’utilise le PRF depuis l’année 2000, je fus formé par Joseph Choukroun et Charles Belveze. Initialement une infirmière venait effectuer le prélèvement. Ceci générait quelques contraintes d’emploi du temps pour coordonner les horaires. J’ai donc suivi une formation complémentaire avec Jo Choukroun, et depuis plusieurs années je prélève moi même. La mise en place d’une voie veineuse me permet également après le prélèvement d’injecter corticoîdes, ou antihémorrragiques. Il y a une petite courbe d’apprentissage pour une réussite régulière. maisensuite la souplesse que cela procure permet une utilisation beaucoup plus fréquente de cette technique.

moramora

J’utilise avec succès cette méthode depuis 2/3 ans, mais mon assistante mettait directement les tubes (après que j’ai fait le prélèvements) dans la centrifugeuse sans les « agiter », et cela fonctionnait très bien.
Qu’apporte le fait de les retourner avant centrifugation ? Une meilleure homogénéité, pourquoi ?

rene

Je fais venir une infirmière quand je programme l’intervention
Il m’arrive de le faire dans les autres cas

rene

Qu’appelles tu L.PRF?
Le L veut dire quoi?
Qu’elles différences avec le A et le I ?

Cher Janea,
Pour le coût du kit initial (centrifugeuse, kits), il faut se renseigner auprès de la société qui vend le materiel certifié.
Dans ma pratique, j’ai calculé que cela me revenait à 1-2 euros par membrane à peu près (le prix du tube et du préleveur sanguin).
La centrifugeuse a un coût certes mais pas exorbitant non plus. En tant qu’utilisateur régulier du PRF, j’ai très rapidement amorti la machine.
C’est donc une technique très économique.
Bonne soirée

Cher Gérard Duminil,
Je vous remercie pour votre commentaire concernant votre expérience personnelle. En effet, la venue d’une infirmière pour prélever peut compliquer la logistique de l’intervention dans sa globalité. L’utilisation du PRF lors de nos interventions doit être le plus simple possible et ne surtout pas générer un stress supplémentaire au praticien.
Le “PRF » est une technique assez ancienne qui a en effet été développée par un large groupe de praticiens, comme une méthode ouverte. L’apprentissage du prélèvement sanguin est donc la clé pour être serein avec cette technique. En tant que chirurgien-dentiste diplômé, la formation au prélèvement sanguin peut se faire n’importe où, que ce soit à la croix-rouge ou simplement avec une infirmière. Pour les plus hésitants, l’achat d’un Veinlite (modèle Veinlite LED est le plus polyvalent) peut aider à mieux visualiser les veines. Il ne me semble pas nécessaire de promouvoir des formations commerciales pour apprendre à prélever du sang.
Bonne soirée

Cher moramora,
Merci pour cette question intéressante.
Je “n’agite » pas les tubes, j’utilise juste une double rotation douce du tube pour homogénéiser le prélèvement.
Comme vous le signalez, à partir du moment où le prélèvement sanguin est fait correctement et rapidement centrifugé, ce mouvement d’homogénéisation ne semble pas crucial pour obtenir un L-PRF utilisable.
Les tubes sont de toutes façon toujours un peu remués durant la prise de sang et le transfert – même si ce n’est pas volontaire.
Cela dit, certains Experts ont observé une plus grande homogénéité et reproductibilité des résultats (en termes de relarguage des facteurs de croissance, dimensions des caillots, etc…) en standardisant ce mouvement d’homogénéisation. Les caillots produits sont plus homogènes entre eux. De plus, tous les paramètres sont supérieurs ainsi. C’est apparemment très net quand les caillots sont analysés en details.
Il est donc préférable de le faire – ce mouvement est d’ailleurs bien connu des infirmières lors de prélèvements sanguins pour analyse, on peut supposer pour les mêmes raisons.
Bonne soirée

Cher rene,

Merci pour cette question intéressante, sur un sujet simple où il existe malheureusement de nombreuses confusions.
Le terme “PRF » en lui-même ne signifie pas grand chose, car il existe des centaines de versions de cette technique.
A chaque fois que vous changez les centrifuges, kits et protocoles, vous obtenez des produits qui sont différents – leur seul point commun étant d’être grosso modo un caillot de sang.
Vous pouvez lire cela pour mieux le comprendre.
http://www.poseido.info/publication/volume-2-2014/issue-2.html

Pour cette raison, il existe des classifications internationales.
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19187989
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24932440
http://www.poseido.info/publication/volume-1-2013/poseido-20131117-27-dohan.pdf
Le premier article est l’un des plus cités du domaine mondialement (impact factor autour de 10).
Les deux suivants sont des mises à jour de la classification, disponibles en open-access.

Le L-PRF (Leukocyte- and Platelet- Rich Fibrin) est l’une des 4 grandes familles de concentrés plaquettaires (ce n’est pas un nom commercial).
Il implique que le caillot soit bien polymérisé (caractéristique de tout PRF) et que les cellules soient vivantes et nombreuses (d’où le L de Leukocyte-).
La technique open-access développée initialement, assez répandue et avec une littérature conséquente est un L-PRF (même si on l’appelle souvent juste PRF).
C’est logiquement celle que j’utilise depuis longtemps.

Le A-PRF (Advanced PRF, nom commercial) est une modification récente du protocole d’origine. Il n’existe quasiment aucune littérature sur le sujet.
Le i-PRF (injectable PRF, nom commercial) est un fait un PRP (liquide), au même titre que les nombreux PRGF, Harvest, et dizaines de PRPs disponibles sur le marché.
Il existe aussi le T-PRF (Titanium PRF) fait dans des tubes en Titane, et une multitude de systèmes “PRF-like”.

Personnellement, je n’utilise et ne parle que de L-PRF, car il s’agit de la technique d’origine et la mieux documentée.
Il s’agit aussi du seul materiel pour PRF conforme au réglementations CE disponible en Europe à ma connaissance, ce qui explique très simplement mon choix de matériel.

Bonne journée

moramora

Après demande à mon assistante, celle-ci retournait systématiquement les tubes avant de les mettre dans la centrifugeuse, mais ne ne l’avais pas remarqué.

moramora

Bon après toutes les explications de C. H. Sénéchaux, il ne nous reste plus qu’à attendre que M. Jo s’invite sur le blog …

hodina

Bonjour, allez vous faire un article sur les MPM?
Et sur la différence des tubes ( rouges et blancs)?

Bonsoir hodina,
Ce n’est pas prévu actuellement. J’ai déjà un programme très riche à finaliser et à respecter pour mes prochains posts.
Merci pour votre suggestion.
CH Sénéchaut

choukroun

puisque moramora m’y invite; je viens apporter quelques précisions pour rafraichir la mémoire de Mr Senechaut.
1. le L-PRF n’est que le protocole PRF que j’ai décrit en 2001. Ni plus, ni moins…mêmes constantes, même machine, mêmes tubes.. La littérature internationale ne retient que le terme « PRF » et fait toujours référence à celui qui l’a inventé.. en 2001.
2. le L-PRF est le nom commercial utilisé par Intra-Lock
3. le protocole A-PRF a déjà été publié en 2014 mais Mr Senechaut n’a pas accès aux articles pubmed puisque ses seules références ont « Poseido » revue non indéxée , donc sans aucule valeur
4. Mr Senechaut « oublie » de dire que c’est moi qui l’ai formé au prélèvement en 2009 à Dijon…(DU d’implanto de Dijon)
5. Le i-PRF n’est pas du PRP..! mais là encore cela ne reflète que son manque d’information ou de formation scientifique..
6. cela ne sert à rien de remuer les tubes, le sang pendant le prélèvement se mélange tout seul.. Et puis, depuis quand a-t-on besoin de mélanger le sang ou de l’homogénéiser ??? si les préleveyrs de laboratoire agitent le tube, c’est pour mélanger le sang à l’anticoagulant qui s’y trouve.. Quant aux experts, je souhaiterai avoir des noms…!ou des articles..
7. Enfin, pour ceux qui veulent savoir pourquoi une machine vibre: il suffit de remplir un tout petit peu moins un des tubes et la machine se met à vibrer.. c’est juste un problème d’équilibre et non de rotor qui tourne autour d’un axe..

Charles-Henry SENECHAUT

Pour répondre point par point au commentaire précédent.

1. Il existe de nombreux protocoles permettant d’obtenir une forme de PRF. Il suffit de regarder les figures publiées dans POSEIDO pour s’en convaincre (ou tester soi-même).
Les constantes, tubes et matériels ont évolué plusieurs fois. La littérature internationale le confirme et retient différents termes.
De nombreux articles font donc référence au L-PRF comme la super-famille des variantes de PRF dont les cellules restent viables (ce qui est loin d’être le cas pour toutes les formes de PRF).

2. « Intra-spin » est le nom commercial du système Intra-Lock (seul système pour PRF certifié CE/FDA disponible sur le marché).
L-PRF est un terme générique faisant référence à une famille de produits. La dernière version de la classification de 2009 peut être trouvée ici en accès libre:
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24932440

3. Il existe un article décrivant le protocole A-PRF en 2014, ainsi que les solides articles dans POSEIDO cités précédemment.
Il est donc correct d’affirmer que « Le A-PRF (Advanced PRF, nom commercial) est une modification récente du protocole d’origine. Il n’existe quasiment aucune littérature sur le sujet.”
Les études dans POSEIDO ont été publiées par les équipes de la KULeuven et l’Université du Michigan, soit 2 des 5 meilleures facs dentaires mondiales selon la dernière classification QS ranking.
De part la seule signature de ces auteurs, elles ont une très grande valeur.
Quant à POSEIDO, le journal est indexé sur Google Scholar, et en cours d’indexation sur Pubmed, Thomson, Scopus, etc…
C’est la volonté de ces équipes que de placer d’excellents articles dans ce nouveau journal spécialisé en accès libre, et c’est tout à leur honneur.

4. J’ai appris la technique L-PRF dès 2001 en fréquentant des Confrères utilisant ces techniques.
Venant moi-même d’une famille de médecins, j’ai pratiqué depuis longtemps les prises de sang, conformément à la Loi…

5. Le i-PRF est un PRP. Sa nature liquide le définit comme tel. Et les applications du i-PRF sont exactement celles proposées depuis plus de 20 ans avec les PRP.

6. La production d’un PRF nécessite un contact d’activation du sang sur les parois du tube (en verre ou poudre de silice).
Homogénéiser le sang par une petite agitation permet de démarrer la centrifugation avec un mélange plus homogène.
Il y a une discipline qui s’appelle la mécanique des fluides et qui explique cela très bien.

7. L’étude sur les vibrations publiée dans POSEIDO a été réalisée avec plusieurs niveaux de remplissages, par des scientifiques mondialement reconnus – qui a priori savent remplir des tubes.
Je suggère aux lecteurs de tester un jour ces machines sur un stand, et de se faire une opinion par eux-mêmes.

Bonne journée
Charles-Henry Sénéchaut

Laisser un commentaire