Naviguer / Chercher

« No one should die with their teeth sitting in a glass of water »

P-I Branemark (3 mai 1929 – 20 décembre 2014)

Le 20 décembre 2014, le professeur Branemark est décédé.
Branemark était un chercheur, un enseignant, un clinicien et un visionnaire. Sa carrière a profondément modifié la pratique de la dentisterie et a changé le monde (1).

image-de-une

Branemark était un chirurgien orthopédiste dont le domaine d’activité concernait la cicatrisation des tissus mous et durs. En tant que jeune chercheur suédois, il n’avait à l’époque aucun centre d’intérêt avec les implants ou le titane. C’est en travaillant sur la compréhension de l’anatomie de la circulation sanguine (2), qu’il a fait la découverte qui allait révolutionner la dentisterie moderne. Lors de cette étude, une lentille optique était fixée à l’os de la jambe d’un lapin dans le but d’étudier la circulation sanguine dans le tissu osseux. Il se trouvait que cette lentille était recouverte de titane. A la fin de l’expérience, lors du retrait de la lentille, Branemark a eu la surprise de constater que l’os et le titane avaient fusionné. A partir de ce moment, Branemark et son équipe en ont déduit que cette union entre l’os et le titane était unique : le concept de l’ostéointégration était né, même si ce phénomène avait déjà été observé par Bothe et al en 1940 (3) et Leventhal et al (4) en 1951.
De nos jours, toutes les recherches effectuées en science fondamentale sont rapidement converties en produits commerciaux. Mais dans les années 1950, une telle transition n’était pas possible. Branemark et son équipe ont conduit toute une série d’études pendant plus de 10 ans avant de commencer l’expérimentation de l’ostéointégration sur l’homme. Puis, en 1965, Gosta Larson fut le premier homme à recevoir des implants dentaires. Il souffrait de déformations majeures au niveau de la mâchoire et du menton et perdu toutes ces dents à l’âge de 34 ans. Il entendit qu’une unité de recherche de l’université de Gothenburg recherchait des volontaires pour expérimenter une nouvelle technique dentaire. Il se porta volontaire pour que Branemark expérimente sur lui cette fabuleuse découverte. Branemark plaça ses 4 premiers implants à la mandibule et y accrocha la première prothèse adjointe supra-implantaire. Larson mourut en 2006 et pu profiter pleinement tout au long de sa vie de sa prothèse supra-implantaire pour manger et parler correctement. Mais il a fallu encore une dizaine d’années supplémentaire avant que Branemark ne présente ses travaux à la communauté scientifique (5 et 6).
Branemark s’est très rapidement présenté comme un enseignant très charismatique. Il a été le plus fervent promoteur de ce concept d’ostéointégration. Comme on peut l’imaginer, tout n’a pas été facile, ni rapide. Mais cela était prédictible et pourtant ce niveau de prédictibilité n’a pas été admis immédiatement par la communauté scientifique. Dans le milieu des années 1960, les physiciens et les dentistes pensaient toujours qu’un matériel étranger non-biologique ne pouvait pas s’intégrer dans un tissu vivant. Ce n’est que dans la fin des années 1970 que le « Swedish National Board of Health and Welfare » a approuvé les travaux de Branemark.
En tant que clinicien, Branemark a parcouru les centres dentaires et cliniques du monde entier pour démontrer que ce qui avait été validé dans son laboratoire, l’était aussi ailleurs. Puis, il a réalisé des innovations cliniques, qui ont permis d’étendre les indications d’abord de la gestion de la mandibule édentée puis de la gestion du maxillaire édenté et enfin du traitement de l’édentement partiel à l’aide de prothèses fixes implanto-portées. Au delà de l’application de l’ostéointégration en chirurgie dentaire, d’autres spécialités ont profité de cette révolution : l’orthopédie, mais aussi la prothèse maxillofaciale, l’ORL et la science vétérinaire (7 et 8).
Branemark a toujours eu comme ligne directrice de rendre disponible ses innovations au plus grand nombre de patients à un coût économique accessible. Le « branemark Novum » et l’implant zygomatique sont deux exemples de technique permettant de limiter les procédures chirurgicales et les délais d’attente avant la conception de la prothèse. Et la finalité de ces techniques était toujours de réduire les coûts pour les rendre accessible au plus grand nombre d’individus nécessitant d’être réhabilité.
Partout à travers le monde, d’éminents spécialistes ont tenu à lui rendre hommage comme Zarb G, Albrektsson T et Lekholm U (9).

Vous trouverez en cliquant sur ce lien, l’interview de P-I Branemark réalisé en mars 2001 par le docteur Xavier Assémat-Tessandier et paru dans le journal francophone IMPLANT (interview traduit en français) (10) :
C’était il y a 14 ans, le protocole Novum avait été publié l’année précédente et l’implant zygomatique apportait une alternative aux greffes osseuses bilatérales au maxillaire supérieur. Dans cet entretient informel transparait, au-delà de l’aspect technique, la philosophie de Branemark, sa considération pour le patient, sa prise en compte du handicap d’un amputé et son respect pour « notre mère nature »…

Bibliographie

(1) Eckert SE. On the passing of a legend. Int J Oral Maxillofac Implants 2015; doi: 10.11607/jomi.2015.1.e.

(2) Kim T. A tribute to Dr. Per-Ingvar Branemark. J Periodontal Implant Sci 2014;44:265.

(3) Bothe RT, Beaton KE, Davenport HA. Reaction of bone to multiple metallic implants. Surg Gynecol Obstet 1940;71:598-602.

(4) Leventhal , Gottlieb. Titanium, a metal for surgery. J Bone Joint Surg Am 1951;33:473-474.

(5) Branemark P-I. Osseointegration and its experimental background. J Prosthet Dent 1983;50:399-410.

(6) Adell R, Lekholm U, Rockler B, Branemark PI. A 15 year study of osseointegrated implants in the treatment of the edentulous jaw. Int J Oral 1981;10:387-416.

(7) Osseointegration in maxillofacial prosthetics. Part II : Extraoral applications. Parel SM, Branemark PI, Tjellstrom A, Gion G. J Prosthet Dent 1986;55:600-606.

(8) Bonding P, Jonsson MH, Salomon G, Ahlgren P. The bone-anchored hearing aid. Osseointegrated and audiological effect. Acta Otoryngol Suppl 1992;492:42-45.

(9) Zarb G, Lekholm U, Albrektsson T. In memoriam: Per-Ingvar Branemark. Int J Prosthodont 2015;28:8.

(10) IMPLANT 2015 ;21:7-10. « Hommage à Per Ingvar Branemark »

Laisser un commentaire