Naviguer / Chercher

Membranes de L-PRF #1

Les concentrés plaquettaires en chirurgie orale

Les concentrés plaquettaires sont des produits autologues issus de la centrifugation du sang prélevé chez le patient. On peut comptabiliser 4 grandes familles: P-PRP (ou P-PRP gel après activation), L-PRP (ou L-PRP gel après activation), P-PRF et L-PRF (Dohan Ehrenfest DM, et al. (2013)). Le concept de cette technologie est de récupérer les composants sanguins les plus actifs (plaquettes avec des facteurs de croissance, la fibrine et les leukocytes) et de les assembler pour constituer une forme exploitable au cabinet dentaire. Ces préparations peuvent être des solutions ou des gels et placées au niveau d’un site chirurgical pour accélérer le processus de cicatrisation et donc la guérison des tissus opérés au niveau de la cavité orale.
Pour la majorité de ces techniques, le sang est collecté avec des anticoagulants et une centrifugation en deux temps est réalisée. C’est le cas pour les concentrés plaquettaires suivants : P-PRP, P-PRP gel, L-PRP, L-PRP gel.
La production du L-PRF suit un procédé de fabrication différent des autres concentrés plaquettaires : le sang est prélevé sans anticoagulant, une centrifugation en un temps est réalisée et aucun activateur plaquettaire n’est utilisé.

Le caillot L-PRF : Leukocyte and Platelet-Rich Fibrin

Le L-PRF est la dernière génération des concentrés plaquettaires à avoir été développé pour une utilisation en chirurgie orale et maxillo-faciale. Il est aussi utilisé dans d’autres disciplines comme l’orthopédie et la médecine sportive (Dohan Ehrenfest DM, et al. (2014)).
C’est une technique simple à mettre en œuvre au cabinet dentaire pour une utilisation clinique quotidienne.
Le sang est prélevé sans anticoagulant dans un tube spécifique (figures 1 et 2) au début de l’intervention et est immédiatement centrifugé à 2700 t/mn pendant 12 minutes à l’aide d’une centrifugeuse spécifique (figures 3 et 4). Trois couches sont alors obtenues (figures 5 et 6) : une couche contenant les globules rouges au fond du tube, une couche contenant les constituants acellulaires du plasma sanguin en haut du tube et une couche intermédiaire sous forme de gel contenant un caillot de fibrine appelé caillot L-PRF. Ce dernier contient également les plaquettes et les leukocytes (essentiellement des lymphocytes). Il va relarguer pendant plus de 7 jours les facteurs de la coagulation et de la cicatrisation (thrombospondine-1, fibronectine, vitronectine) et les facteurs de croissance (TGFB1, PDGF, VEGF). Il est primordial d’utiliser une centrifugeuse adaptée afin d’obtenir un caillot de qualité (POSEIDO, Volume 2, Issue 2, June 2014). Le caillot L-PRF sera ensuite séparé de la couche des hématies et récupéré pour une utilisation lors de l’intervention chirurgicale. Il pourra aussi être transformé en membrane L-PRF.
Ce caillot est produit sans modification du sang, peut être considéré comme une amélioration du caillot sanguin et facilement utilisable en pratique quotidienne au cabinet dentaire.

  • Utilisez-vous le L-PRF au cabinet ?
  • Pour quelles applications ?

Commentaires

choukroun

Ce post est curieux et insultant. Pas de référence à la personne qui a inventé la technique PRF. Mensonges quant aux « soi-disant » seuls experts..
Mr Sénéchaux, vous êtes un menteur et ce blog est commercial et non scientifique..

Il est rare de trouver d’emblée un commentaire aussi brutal. Il faut bien sûr s’enquérir des raisons de ce ton.
Choukroun, je ne vois pas dans la lecture du post la moindre insulte. De plus, même si nous souhaitons autant que possible que nos publications respectent les données acquises de la science, je n’ai pas le sentiment qu’il soit obligatoire de citer toutes les références bibliographiques de chaque thème traité.
Vous traitez l’auteur de « menteur ». Pouvez vous dire en quoi il ment dans le post ci dessus?
Vous accusez notre blog d’être « commercial ». Merci de précisez en quoi et au profit de quelle société commerciale. Je vous rappelle qu’aucune publicité n’est faite concernant les techniques citées, en encore moins vendue.
Faute de répondre clairement et explicitement à ces questions je considérerai que votre post est sans rapport avec le sujet et constitue une agression gratuite. Dès lors je ferai en sorte que vos interventions ne soient plus visibles des internautes.
Nous sommes favorables à toutes les discussions et opposés aux insultes et attaques non fondées.
Cordialement

choukroun

Bien commençons par le début.
1. Votre soit disant spécialiste ne cite pas l’auteur de la technique PRF. En l’occurrence moi-même. Ce n’est pas un problème de citer toute la bibliographie. mais l’auteur principal ne peut être occulté. Voilà pourquoi je dis qu’il ment. car il occulte volontairement l’inventeur principal.
2. Il a participé à une de mes formations à Dijon en 2007. Il ne peut pas dire qu’il n’existe pas de formation « sérieuse » en France. C’est encore un mensonge.. cela veut dire que ma formation n’est pas sérieuse??
3. La technique L-PRF est la technique CHOUKROUN , quoiqu’il en pense. Il suffit de se référer à la bibiographie référencée sur Medline et non sur poseido qui est une revue non indexée..!
4. Donc, ou bien votre blog est un blog sérieux et ce type d’auteurs n’y a rien à faire ou bien votre blog n’est pas sérieux et alors vous subirez les conséquenses de tout ce que vous publierez.. Cordialement.

Chouckroun,
Nous avons effectivement l’habitude d’assumer la responsabilité de ce que nous publions. Nous faisons également en sorte que la liberté d’expression existe, aussi bien pour les auteurs que pour les internautes qui souhaitent commenter les posts.
Les auteurs ne sont pas obligés de citer telle ou telle personne, fut elle impliquée dans le sujet traité. Ce qui n’est pas acceptable c’est de dénigrer ou de critiquer sans argument. Le travail présenté ci dessus ne dénigre en rien ni votre formation ni vos travaux. Je ne vois donc pas matière à accepter votre menace.

Ce blog est sérieux et ouvert. Vous pouvez y faire valoir votre point de vue par rapport au sujet traité, donner votre version des faits scientifiques que vous évoquez. La discussion oui; le chantage, les insultes, les menaces, non.
Si vous souhaitez avancer sur les sujets présentés, les internautes attendent de vous autre chose qu’une critique stérile d’un auteur ou d’une revue. Je ferai respecter cette exigence.
Cordialement

Laisser un commentaire