Naviguer / Chercher

Commentaires

fb67

Trop peu d´informations…
Pour ma part je ne prends jamais ce type de décision sans faire au préalable un guide radiologique issu d´un wax up validé en bouche, pour vérifier notamment la bonne position des dents et le soutien des lèvres. Sachant qu´en prothèse fixe sur implants il est proscrit de compenser la perte de soutien horizontal par un recouvrement façon prothèse amovible qui engendrerait des rétentions alimentaires et le développement de plaque bactérienne aboutissant à un échec systématique.
Ensuite le volume osseux, sans tenir compte de la position des futures dents, ne donne aucune information fiable, si on considère que c´est la position des dents qui impose la position et l´axe des implants.
Dans votre analyse vous ne tenez pas compte non plus de la zone tubérositaire pour éventuellement envisager des implants ptérygoïdiens qui peuvent être une alternative à la greffe de sinus quand ceux ci ne sont pas trop volumineux.
Mon impression est qu´ après 40 ans d´édentement, et au vu du manque de soutien labial même avec sa PAC, la résorption du maxillaire est telle qu´aucune solution fixe durable ne peut être envisagée sans greffe. Dans ce cas je n´offrirais pas de compromis à cette patiente. Je lui proposerais ou une prothèse stabilisée sur 4 implants ou je la convaincrais de faire des greffes osseuses mais en aucun cas je lui proposerais un all in 4/6.
En tout cas merci pour ce post qui permet d´aborder le plan de traitement global raisonné.

Bonjour
Merci pour vos réflexions qui font bien avancer l’analyse du cas.
Quelques compléments d’informations:
– la PAC existante a été correctement réalisée et a permis de déceler si effectivement il y avait un risque important de décalage entre la future prothèse fixe implantaire et la gencive de la patiente. L’édentement est certes très ancien mais la perte osseuse s’est surtout produite dans le sens de la hauteur au niveau antérieur. Il n’y aura que peu de décalage dans le sens horizontal mais par contre il y en aura dans le sens vertical ce qui imposera le recours à une gencive artificielle.
– Effectivement, il aurait été possible de poser des implants ptérygoidiens dans ce cas ce qui aurait supprimer le recours aux cantilevers. Cependant, il faut être extrêmement prudent car l’artère palatine descendante à proximité représente un risque réel (cf images suivantes de la planification de 2 implants ptérygoidiens sur le 3D de la patiente). Pour ma part, je pose ces implants avec l’aide d’un outil spécifique. Deux posts sont en préparation sur les implants ptérygoidiens qui détailleront la technique.
Donc pour faire avancer un peu ce post: oui, j’ai bien réalisé une prothèse fixe implantaire, sur 6 implants dont 4 antérieurs mais sans implants ptérygoidiens, ni greffes de sinus.
Et enfin c’est une prothèse type PIB avec dents du commerce et gencive artificielle qui a été réalisée.

Bonne soirée

rhizalyse

Cette coupe coro est à quel niveau : dent de sagesse ou apo pterygoide ?

Laisser un commentaire