Naviguer / Chercher

Carte d’identification et codification de 62 surfaces d’implants dentaires. #2

Sujet et objectifs

Les implants dentaires sont utilisés fréquemment dans nos thérapeutiques, mais les praticiens ont des informations très limitées sur les caractéristiques du matériel implantaire qu’ils prennent la responsabilité de poser dans leurs patients. L’objectif de ce travail est de décrire les caractéristiques chimiques et morphologiques de 62 surfaces implantaires disponibles sur le marché et d’établir leur carte d’identité respective, en suivant le système standardisé d’identification des surfaces implantaires (ISIS en anglais). Dans cette seconde partie, les surfaces avec une modification de la métallurgie du matériau de base (anodisation, spray de plasma de titane) ont été étudiées.

Matériels et Méthodes

Huit surfaces implantaires différentes ont été caractérisées: TiUnite (Nobel Biocare, Gothenburg, Sweden), Ospol (Ospol, Höllviken, Sweden), INNO (Cowellmedi Co., Busan, Korea), Shinhung M (Shinhung Co., Seoul, Korea), Tecom REP (Tecom Implantology/Titanmed, Galbiate, Italy), BioSpark (Keystone Dental, Burlington, MA, USA), Kohno HRPS (Sweden & Martina, Due Carrare, Italy), Kohno DES HRPS (Sweden & Martina, Due Carrare, Italy). Trois échantillons de chaque implant ont été analysés. La composition chimique superficielle a été analysée en XPS/ESCA (X-Ray Photoelectron Spectroscopy/Electron Spectroscopy for Chemical Analysis) et le profil en profondeur à 100nm a été établi a l’aide d’une spectroscopie Auger (Auger Electron Spectroscopy – AES). La microtopographie a été quantifiée en utilisant une profilométrie optique. La morphologie générale et la nano-topographie ont été évaluées en utilisant un microscope électronique à balayage à canon à émission de champ (Field Emission-Scanning Electron Microscope – FE-SEM). Finalement, le code de caractérisation de chaque surface a été établi en utilisant ISIS, et les caractéristiques principales de chaque surface ont été résumées dans une carte d’identité simplifiée et lisible.

Résultats

D’un point de vue chimique, les 8 différentes surfaces de ce groupe étaient basées sur un titane commercialement pur (grade 2 ou 4), ce qui apparait typique des surfaces produites par modification de la métallurgie du matériau de base par anodization ou spray de plasma de titane. Les 6 surfaces anodisées présentaient différentes formes d’imprégnation chimique du matériau de base. Sept surfaces présentaient différents degrés de pollution inorganique. Seulement une surface était exempte de pollution. D’un point de vue morphologique, 5 surfaces étaient microporeuses (anodization) et 3 micro-rugueuses, avec différents aspects et valeurs micro-topographiques. Sept surfaces étaient lisses à l’échelle nanométrique, et donc ne présentaient aucune nanostructure significative et répétitive. Un implant était nanostructuré par un procédé d’anodisation spécifique. Six implants présentaient différentes formes de craquelures: trois implants anodisés avaient de petites craquelures locales, tandis que 3 modèles étaient couverts de craquelures étendues. Les surfaces anodisées pouvaient être considérées comme homogènes, tandis que les surfaces couvertes de plasma de titane étaient hétérogènes (spécificités des procédés de production). Aucune surface n’était fractale.

Discussion et conclusion

L’approche systématique ISIS a permis de regrouper les caractéristiques principales de ces produits dans une carte d’identité claire et précise. Les implants du premier groupe ont des caractéristiques morphologiques très précises (des craquelures fréquentes et une absence de texture nanométrique, une microrugosité et porosité spécifiques), et leurs utilisateurs devraient être conscients de ces spécificités s’ils décident d’utiliser ces technologies particulières.

Laisser un commentaire