Naviguer / Chercher

Carte d’identification et codification de 62 surfaces d’implants dentaires. #1


Les implants dentaires sont utilisés fréquemment dans nos thérapeutiques, mais les praticiens ont des informations très limitées sur les caractéristiques du matériel implantaire qu’ils prennent la responsabilité de poser dans leurs patients. Les fabricants, les scientifiques et les administrations manquent également d’une méthode et d’une terminologie consensuelles et claires pour caractériser et contrôler les surfaces implantaires. L’objectif de cette série d’articles est de définir et de décrire un système standardisé d’identification des surfaces implantaires (ISIS en anglais) pour la caractérisation chimique et morphologique des surfaces d’implants, et d’utiliser cela pour caractériser et établir la carte d’identité et le code respectifs de 62 surfaces implantaires disponibles sur le marché. Dans cette première partie, la version actuelle du système ISIS et de sa méthodologie est décrite et discutée. En utilisant une terminologie et des protocoles d’analyse standardisés, chaque surface d’implant peut être résumée à un code d’identification standardisé. Tout d’abord, le système de codification ISIS décrit la composition chimique de la surface: le matériau de base (grade de titane, zircone, hydroxyapatite) et la modification chimique (imprégnation, couverture, pollution). Le système définit ensuite la morphologie de la surface (topographie, structures) à l’échelle micrométrique (microrugosité, microporosité, microparticules) et nanométrique (nano-rugosité, nano-structuration, nanotubes, nanoparticules, nano-lisse), et son architecture globale (homogénéité, craquelures, architecture fractale). Ce système de caractérisation, classification et codification standardisées permet de clarifier l’identité de chaque surface et de trier leur différences, de contrôler les productions d’implants et de faciliter la communication. Il offre ainsi une solution globale pour les fabricants, scientifiques, utilisateurs d’implants et autorités administratives et les interactions entre ces 4 acteurs, et a été suggéré comme la base d’un futur standard ISO.

Laisser un commentaire