Naviguer / Chercher

Gestion d’un échec de comblement de sinus #1

C’est le cas d’une patiente opérée pour un comblement de sinus droit et gauche par voie latérale sous anesthésie générale avec de l’os pariétal en vue d’un traitement implantaire. L’os prélevé a été broyé en particules osseuses et introduit dans la cavité sinusienne selon la technique classique par voie latérale. A droite, les suites opératoires se sont déroulées sans complication. A gauche, très rapidement, la patiente a ressenti des douleurs importantes et a remarqué le passage de fluides de la bouche vers le nez lors de la prise des boissons ainsi que l’apparition de sécrétions purulentes s’échappant dans la gorge et par le nez. A l’examen clinique, un mois après l’intervention, la présence d’une communication bucco-sinusienne est constatée en vestibulaire au niveau de l’incision avec l’expulsion des greffons. Le diagnostic d’échec de la greffe avec infection du greffon est posé. La décision de réintervenir est prise afin d’accéder au sinus maxillaire gauche pour éliminer la totalité de la greffe et tenter de fermer la communication. L’accès au sinus se fait par la déhiscence muqueuse de la communication. Une importante collection de pus est aspirée et toutes les particules de greffes sont éliminées. L’intérieur du sinus est rincé abondamment avec de la bétadine buccale. Des sutures interrompues sont réalisées pour fermer la déhiscence muqueuse. Deux mois après la réintervention, la muqueuse est parfaitement cicatrisée et tout semble normal pour la patiente. A 8 mois après la réintervention, un scanner est réalisé. A droite, la greffe a parfaitement réussi. A gauche, la présence d’une destruction d’une partie de la face latérale du sinus est visualisable (figures 1 et 2). Cliniquement, à 8 mois après la réintervention, la gencive a parfaitement cicatrisé : la communication bucco-sinusienne a été fermée. Cependant, d’autres manoeuvres chirurgicales plus complexes seront nécessaires pour reconstruire la paroi latérale du sinus.

Quelle est votre attitude :

  • Renoncer au traitement implantaire à gauche et proposer une solution amovible à la patiente ?
  • Recommencer une greffe de sinus pour fermer la déhiscence osseuse et obtenir une hauteur osseuse suffisante pour placer des implants ?

Commentaires

pluton

sauf si le patient refuse….on recommence!
là, çà semble difficile quand même à gérer du fait de l’étendue des dégâts, mais pas impossible…
perso, pour moi dans un tel cas, c’est une reconstruction en « box technique » à l’aide des clous, membranes totalement résorbables du sonicweld de chez KLS Martin, qui auront l’avantage de simplifier le protocole car sans matériel à déposer après cicatrisation, et en utilisant un biomatériau type biooss préparé avec un peu de métronidazole pour limiter le risque d’infection

Charles-Henry SENECHAUT

Bonjour,
La décision de reprendre la greffe a été prise avec la patiente. Effectivement, le challenge était important par rapport au défaut rencontré et il a fallu l’expliquer à la patiente.Un des problèmes à gérer dans ce cas est la membrane de Schneider. En effet, on va intervenir sur une membrane qui a été abîmée, détruite en partie et a dû se fusionner avec la gencive donc une déchirure importante est à prévoir lors de la ré-entrée dans le sinus. Donc, pour rester comme vous le dites dans un concept de box technique, il a fallu penser à réparer le couvercle de cette boite qu’est la membrane de Schneider.
Tout sera détaillé dans le prochain post
Bonne journée

Laisser un commentaire