Naviguer / Chercher

Augmentation horizontale de la zone postérieure de la mandibule #1

Une épaisseur osseuse trop faible dans la zone postérieure de la mandibule peut compromettre la mise en place d’implants dentaires et conduire le praticien à proposer à son patient des techniques d’augmentations osseuses pré-implantaires.

Le cas clinique présenté est une patiente âgée de 55 ans, en bonne santé générale, présentant un édentement mandibulaire bilatéral postérieur (absence de 36, 37, 45 ,46 et 47) avec une épaisseur osseuse réduite. L’examen scanner montre une épaisseur osseuse moyenne de 3-4 mm et une hauteur moyenne de 10-12 mm au niveau de 45-46 et une épaisseur osseuse moyenne de 4-5 mm et une hauteur moyenne de 10-12 mm au niveau de 36.


Le plan de traitement est le suivant:

  1. augmentation osseuse horizontale pré-implantaire au niveau de 45-46 et 36,
  2. pose de trois implants en 45-46-36,
  3. réalisation d’un bridge implanto-porté 45-46 et d’une couronne implanto-portée 36.
Quelle(s) technique(s) d’augmentation osseuse vous parait-elle la plus indiquée pour ce cas?

Commentaires

toutou

TOUTOU
BONJOUR MR SENECHAUT
Votre cas m’interesse car je viens de recevoir un cas similaire voire plus extreme.
il faudrait ns montrer une pano+totalite du scan+peut etre une tele de profil pour aller plus avant ds la reflexion.
IL est difficille de reflechir a la biomecanique ss les modeles et photos .
Pouvez vs ns donner plus de détails.
MERCI

Charles-Henry SENECHAUT

Bonjour Monsieur TOUTOU.
Merci pour vos commentaires qui vont me permettre de détailler de façon plus approfondie l’examen clinique pré-opératoire et ainsi vous éclairer au mieux sur ce cas.
Sur les coupes coronales successives (cf photo jointe) concernant la zone 45-46 (la configuration est la même pour 36), on visualise très bien l’amincissement de la crête mandibulaire dans le sens horizontal suite à la résorption de la table osseuse vestibulaire provoquée par les anciennes extractions dentaires. De plus, on retrouve une obliquité du grand axe de la mandibule (axe apico-coronaire) sur ces coupes coronales tout à fait caractéristique de ces anciens édentements.
Il est donc bien sur impossible, dans l’état actuel, de placer des implants de larges diamètres (pour les molaires notamment) avec comme nécessité de conserver au moins 1 à 2 mm d’os en vestibulaire des implants. Et de faire sortir les implants dans un axe le plus proche du futur axe prothétique c’est à dire plus vertical.
Ma problématique est donc d’augmenter la mandibule dans le sens horizontal pour me placer dans des conditions idéales pour poser mes implants.
Merci

toutou

BONSOIR
Un pano svp.
Questions:
peut on prélever rétro ou mentonnier?
sinon clivage a la microscie,augmentation vol et implant de 4 lors d’un second temps afin d’éviter la séquestration de la corticale vestibulaire.
si option greffe ,peux t’on coffret avec des lamelles corticales et de l’os autologue particulaire.c’est une technique idéale mais très longue a réaliser en locale Anesthesie;
Je preferere greffer avec un phénotype fin ,mais je n’écarte pas une solution basale pour de tel cas .
svp une Pano pour ns éclairer un peu mieux et les modèles, car il est difficile de ns faire une idee, il y a tellement de détails qui ns manque , la relation , la motivation etc
MERCI ET A BIENTOT .BONSOIR

toutou

TOUTOU
J’ai oublie une solution que j’ai utilise avec succès;
L’utilisation du roxolide de 3 mm de STAUMANN qui ns permet de travailler ds ces délicates situations.
NB: je travaille peu avec eux SAUF si indications.

Charles-Henry SENECHAUT

Bonsoir Toutou,

Vous trouverez ci-dessous une coupe panoramique de l’examen scanner avant les greffes. Pour info, le maxillaire a été traité après les greffes par le dentiste omnipraticien à l’aide de prothèses dento-portées.
Je ne pratique pas la technique de clivage, mais effectivement cela aurait pu être une option de traitement mais attention en cas d’échec.

Les greffes ont été réalisées sous anesthésie locale, d’abord le côté droit, puis deux mois après le côté gauche. Pour les deux interventions, une incision unique initiée au niveau de la zone prémolaire-molaire en para-crestal puis se terminant le long du bord antérieur de la branche montante a permis de lever un lambeau unique pour prélever au niveau du ramus et greffer au niveau de la zone résorbée.

Dans le prochain post, vous trouverez la technique utilisée détaillée.

Bonne soirée

toutou

OK
Au vu du pano, la solution classique s’impose.
Mais comment auriez vs traite un cas similaire montrant un degré de résorption important rendant difficile les prélèvements intrabuccaux;
soit maxilllo ou astuces en cabinet?

Laisser un commentaire