Naviguer / Chercher

Collage en profondeur

Le patient se présente au cabinet pour un contrôle, un détartrage qu’il « n’a pas fait depuis de nombreuses années », et pour envisager la compensation de l’édentement de 26 et 27.

À l’examen clinique, on note de nombreuses lésions carieuses, une perte d’attache modérée sur les secteurs postérieurs, un parodonte épais. L’hygiène bucco-dentaire est à revoir.

L’objet de ce post est de discuter du traitement à proposer au patient concernant le secteur 1 ; les autres lésions carieuses ayant été traitées et l’édentement en secteur 2 compensé par des couronnes sur implants.

Voici la situation clinique et radiologique (fig. 1, 2) :

15, 16 et 17 répondent normalement au test au froid ; la palpation vestibulaire n’est pas douloureuse ; le patient est demandeur d’une prise en charge globale.

Voici l’option thérapeutique proposée au patient :

  • dépose de la coiffe ainsi que de la reconstitution foulée de 14, retraitement orthograde, mise en place d’une coiffe provisoire puis définitive après cicatrisation ;
  • restauration adhésive collée en céramique (E-max maquillée) sur 14 et 15 ;
  • restauration directe en composite sur 17.

Lors du second rendez-vous, la décision est prise de lever un lambeau pour réaliser une légère ostéoplastie, et surtout faciliter la pose du champ opératoire en vue d’une relocalisation de marge au composite (fig. 3, 4).

La séance suivante est consacrée au retraitement de 14, à la restauration directe de 17, à la préparation de 16 et 15, et à la prise d’empreinte de afin de réaliser les éléments de prothèses sur 16 et 15 ainsi qu’un inlay-core et une couronne provisoire sur 14.
Finalement, un overlay sur 15 et un onlay sur 16 seront réalisés (fig. 5, 6).

La dernière séance est consacrée à la mise en place des éléments prothétiques (fig. 7, 8).
Cependant, l’essayage des pièces montre l’inadaptation de l’onlay (marge et point de contact).
L’onlay est refait puis collé. L’inlay-core et la couronne provisoire sont scellées, et la couronne définitive est mise en place 6 mois plus tard.

Le patient est revu à un an (fig. 9-12) .
Le test au froid sur 15, 16 et 17 est normal et le patient ne se plaint pas de douleur.
L’hygiène bucco-dentaire a été améliorée mais reste perfectible. Le jour de la visite, on note, par exemple, des bourrages alimentaires entre 16 et 17.

Laboratoire : CéramFixe – St Avertin
BIBLIOGRAPHIE

  • Juloski J, Köken S, Ferrari M. Cervical margin relocation in indirect adhesive restorations: A literature review. J Prosthodont Res 2018;62(3):273-80.
  • Bresser RA, Gerdolle D, van den Heijkant IA, Sluiter-Pouwels LMA, Cune MS, Gresnigt MMM. Up to 12 years clinical evaluation of 197 partial indirect restorations with deep margin elevation in the posterior region. J Dent 2019;91:103227.