Naviguer / Chercher

Combien de millilitres dans une cartouche ?

Je vous propose d’examiner ces trois boîtes de solutions anesthésiques…
La contenance affichée des cartouches recèle une variabilité que vous n’auriez peut-être pas soupçonnée : bien que toutes soient considérées comme « standard », ces cartouches affichent une contenance de 1.7 ml ou de 1.8 ml pour l’articaïne, selon la marque, et, plus curieusement, 1.75 ml pour la lidocaïne 3%. Vous trouveriez tout aussi bien de la lidocaïne affichée à 1.8 ml. Encore mettons-nous de côté, sur ce rivage-ci de la Manche, les exotiques cartouches de 2 ml et 2.2 ml des Britanniques et autres membres de l’Empire.

volume cartouches

Bref, à l’époque des normes omniprésentes (qu’elles soient NF, Afnor, ISO), des labels, des tomates bientôt cubiques, des concombres cylindriques et à l’ère des zèbres bien rayés, on ne peut manquer d’être étonné de ces différences d’étiquetage pour des médicaments injectables. En fait, c’est la cartouche (le contenant) qui est standard, et le contenu qui est variable.

En réalité, il semble que les fabricants d’anesthésiques ne puissent pas garantir la quantité exacte que l’on pourra « extraire » d’une cartouche dentaire, car le remplissage est fait par une machine…Ah bon ? Par contre, ils sont sûrs que chaque cartouche contient au moins 1.7 ml de solution anesthésique.

Pour nous permettre de nous faire une opinion : en 2007, Robertson et ses collègues ont vidé 50 cartouches de lidocaïne et 50 cartouches d’articaïne pour savoir précisément quelle quantité ils avaient injectée lors de l’expérimentation qu’ils menaient : bien que marquée comme contenant 1.7 ml, la cartouche d’articaïne contenait en moyenne 1.76 ml, et la cartouche de lidocaïne, marquée 1.8 ml, contenait…1.76 ml. Etonnant, non ? En fait, si nous revenons à notre photo comparative, c’est donc la cartouche dont le marquage paraît a priori le plus inusité, 1.75 ml, qui est la plus proche de la vérité.

Cela a-t-il une incidence pratique pour l’administration des anesthésies locales, en dehors de son apparence anecdotique ? Oui, car quand on calcule les doses à administrer, on a besoin de connaître la quantité de molécule anesthésique, et éventuellement d’adrénaline, contenue dans chaque cartouche. Malamed recommande de faire les calculs de dose maximale injectable en considérant qu’une cartouche anesthésique dentaire contient 1.8 ml de solution anesthésique : en effet cela augmente votre marge de sécurité. Malamed joue la carte de la tranquillité, ou plus trivialement, il met la ceinture et les bretelles. Et je crois qu’il a raison.
Encore faut-il s’astreindre à faire son calcul des doses à injecter aux patients, en fonction des molécules injectées (anesthésique et « vasoconstricteur » éventuel), de la technique anesthésique choisie, du contexte clinique local (durée et type d’intervention, contexte inflammatoire) , et du patient (âge, poids, pathologies intercurrentes), etc.

  • Faites-vous des calculs de doses avant de réaliser une anesthésie locale ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.