Naviguer / Chercher

Cartouche ou carpule, onomastisme ou éponyme ?

La « Carpule » est à la cartouche ce que le « Frigidaire » est au réfrigérateur : un onomastisme. Un onomastisme (du grec ὀνομάζω, nommer) est un mot ou une expression quelconque qui provient d’un nom propre. La poubelle, issue du nom d’Eugène poubelle, le diésel de Rudolf Diesel, sont des onomastismes. Que « carpule » soit un onomastisme (à partir d’une marque déposée) n’en impose pas pour autant le bannissement, à priori, de notre sabir odontologico-anesthésique. Encore que…

En janvier 1998, l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle a proposé de supprimer ou de remplacer le terme « carpule », représentant une marque déposée, par le terme « cartouche » : il semblerait en effet qu’un brevet ait été déposé aux USA, dès 1922, par le Dr. Cook (de Valparaiso, dans …l’Indiana) pour le « Cook Carpule System ».

dr-cook-s-hypodermic-syinge
cartouchière spéciale

En 1917, Cook servant comme médecin dans l’armée américaine, a cherché à mettre au point un système de recharge rapide et aisé des seringues avec des ampoules pré remplies, s’inspirant du prompt rechargement des armes à feu (un soldat porte des cartouches sur lui et peut rapidement les charger dans son fusil). Il a donc pensé avoir sur lui un certain nombre de flacons pré remplis des médicaments nécessaires, qu’il pourrait rapidement insérer dans une seringue, puis injecter, tout en pouvant se déplacer d’une victime à l’autre sur le champ de bataille. Il a ainsi conçu des tubes en verre munis de bouchons élastiques en caoutchouc. Il a ensuite mis au point une seringue en laiton munie d’une aiguille comportant un double culot (pour pouvoir, d’un côté, percer le bouchon en caoutchouc, et, à l’autre extrémité, procéder à l’injection sur le patient).

brevet-cook-1922

En 1922, il a déposé le brevet du « système de délivrance de médicaments par voie hypodermique Carpule Cook ». C’est ainsi qu’est apparu le terme carpule (combinaison des mots cartouche et ampoule), devenu le terme universellement usité. Il a enfin créé une société, les laboratoires Cook à Chicago, où l’on fabriquait ses cartouches et seringues.

Plus tard, il s’est associé au Dr R.B. Waite, un dentiste new-yorkais dirigeant la société Antidolor (!), qui avait mis au point une solution isotonique de procaïne utilisée comme anesthésique local. D’où l’apparition de la société et de la marque Cook-Waite.

Quant à savoir qui est l’heureux propriétaire de la marque, la question reste délicate à trancher : comme souvent en la matière, la paternité du mot est revendiquée des deux côtés de l’Atlantique. Il n’apparaît pas très clairement quel est le statut actuel du mot « carpule », si son brevet a expiré, ou s’il gigote encore. Pour certains (J-F Gaudy, entre autres) ce serait Bayer -ou une de ses filiales-, qui aurait déposé la marque… en Allemagne. Les fins limiers astiqueront leurs loupes afin d’élucider le mystère.

Je reviens au problème de terminologie : nous avons vu que nous avions, avec « carpule », un bel exemple d’onomastisme ; mais, certains auteurs emploient plutôt le terme éponyme, qui aurait un sens plus limité : affaire de linguistes, à en croire l’article que je vous ai cité plus haut.

Quoi qu’il en soit, nous serons bien avisés de parler, désormais, de cartouche d’anesthésique plutôt que de carpule, sous peine de subir les foudres de la marque propriétaire…à moins que votre fournisseur favori en anesthésiques locaux ne soit l’exotique et Nord-Américain Cook-Waite, ce dont je doute un peu. Si vous regardez la documentation fournie par les fabricants habituels en France (Septodont, Dentsply, etc.), vous constaterez qu’ils se gardent bien d’utiliser le terme carpule, au profit de la cartouche. Et, autre curiosité, Cook-Waite utilise exclusivement le terme cartouche. Faites donc comme eux. Et qu’on se le dise !

    1. Utilisez-vous des carpules d’anesthésique plutôt que des cartouches ? Qu’est-ce que ça change ?
    2. Trouvez-vous ce sujet futile ?
    3. En quoi ?

Commentaires

caith

Bonjour, de la même façon que les termes » lambeau », »curetage », « moignon »,…sont bannis de nos cabinets, le terme de cartouche a une connotation marquée pour nos patients.Le terme de carpule à le mérite d ‘être neutre.Le mot » dose » est aussi bienvenu.

Thierry COLLIER

Bonjour,

Évidemment, je plaçais mon propos dans la catégorie du vocabulaire purement technique, « à usage interne », dans notre microcosme universitaro-professionnel, avec la conclusion suivante : on ne devrait pas utiliser le terme « carpule », pour les diverses raisons que j’ai tenté d’expliquer.
Mais, vous avez parfaitement raison de mettre en évidence par votre intervention les divers niveaux de langue que nous sommes amenés à utiliser dans notre exercice, particulièrement quand il s’agit d’informer le patient de ce que nous allons lui faire, et singulièrement en matière d’anesthésie locale : il est bien évident que notre présentation des choses ne sera pas la même, pour ce qui est du vocabulaire utilisé, pour un adulte ou un enfant, par exemple.
Je vous avoue cependant que je n’imaginais pas que le mot « cartouche » fût à ce point porteur de réminiscences mortifères pour les patients: l’aviez-vous réellement remarqué parmi vôtres?
Merci à vous d’avoir élargi le débat au delà de ce que je prévoyais initialement.
Bien cordialement à vous.

caith

et bien sans l ‘avoir remarqué puisque j ‘utilise plutôt le mot carpule ,je me mets à la place du patient qui entend son praticien dire à son assistante « Natacha on va remettre une cartouche » .Cela peut le faire sourire (surtout s’il est chasseur) mais pas forcement ! alors, dans le doute ……

drdovd

Dans un esprit purement sémantique,la cartouche d’anesthésique vide que l’on jette,devrait être une douille de verre..(cf balistique)

drdovd

Dans un esprit purement sémantique,la cartouche d’anesthésique vide que l’on jette,devrait être une douille de verre..(cf balistique)

rene

Je trouve ce sujet fort intéressant
Connaître l’histoire de la médecine permet d’apprécier encore plus les progrès techniques qui nous facilitent le travail quotidien
Si en plus ça débouche sur la sémantique que nous ne devons pas utiliser au cabinet devant les patients (je suis d’accord à 100% la dessus) et on termine sur l’humour de la douille , j’applaudis 👏
👏
Vive la carpule !

Rene

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.