Naviguer / Chercher

Comment calculer les doses en anesthésie locale dentaire #4 : le vasoconstricteur : un petit test préalable

Nous avons vu comment calculer les doses en anesthésie locale : les trois premiers billets concernaient la molécule anesthésique elle-même, pour un patient adulte en bonne santé.
Il ne vous a pas échappé que les cartouches anesthésiques contiennent certes essentiellement une molécule anesthésique, mais aussi, dans une grande majorité des cas, un « vasoconstricteur », et, accessoirement, quelques adjuvants.

Je ne pense pas me tromper beaucoup en disant que c’est ce fameux vasoconstricteur qui fait l’objet de tous les fantasmes, de toutes les craintes, pour la majorité des praticiens.
Je crois aussi que la seule méthode efficace pour acquérir la sérénité indispensable dans la délivrance de l’anesthésie locale au cabinet dentaire consiste à savoir ce qu’on injecte, selon quelle quantité, en fonction du patient, dans ses diverses composantes physiques et psychologiques.

Avant d’aborder, prochainement, de façon détaillée, le calcul des doses de vasoconstricteur, je vous propose donc de faire un petit bilan des connaissances.

Toutes les questions se rapportent à un patient en bonne santé.

  • Pour recevoir vos réponses

Réponses dans le prochain numéro !

  1. Ce test vous a-t-il paru facile ?
  2. Si non, pourquoi ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.